Maxim Lemire invité aux essais de la WWE

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Maxim Lemire invité aux essais de la WWE
Jamais que Maxim Lemire n’aurait cru obtenir un essai  avec la WWE lorsqu’il est redevenu lutteur amateur. Photo courtoisie

Maxim Lemire regardait la World Wrestling Federation (WWF) à la télévision lorsqu’il était enfant. Devenu lui-même lutteur plus tard, il a délaissé son sport pour intégrer le circuit des hommes forts du Canada. Le Trifluvien a ensuite décidé qu’il en avait assez de transporter des pierres et il est redevenu lutteur, rendant heureux le jeune Maxim en lui. Et bien jamais il n’aurait cru que cette décision l’amènerait aux portes de la – désormais – World Wrestling Entertainment (WWE) à 38 ans…

D’entrée de jeu, il a confié qu’il ne s’attendait pas à un tel scénario.

«J’avais eu des contacts avec une personne là-bas il y a environ un an et demi et on avait parlé des tryouts pour la WWE. J’avais rempli tous les papiers, de la même façon que si je remettais un curriculum vitae, et je n’ai plus jamais eu de nouvelles d’eux. Puis il y a trois semaines, j’ai reçu un courriel m’invitant à Toronto pour les essais, alors ce fut une bonne surprise.»

«La première journée, ce sera des examens médicaux. Ensuite, ils vont tester notre force physique en nous faisant faire des tests de cardio, des tests de musculation, d’agilité et de force. Ils testent aussi notre habilité à faire des promos et des speechs, en plus de faire des tests dans le ring. C’est éprouvant! Il y a souvent des gens qui abandonnent en cours de route, avant même la fin du week-end», ajoute-t-il.

Ces trois dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour le lutteur d’expérience. Il a modifié sa nutrition, l’amenant à perdre 20 lbs en ce cours laps de temps.

«Je ne m’attendais plus à cette invitation alors je me suis mis à faire beaucoup de cardio depuis. Je n’aime pas beaucoup le cardio, alors j’entraînais pas mal plus ma force. Je voyage même à Montréal pour m’entraîner au IWS Training Center», explique-t-il.

Le Trifluvien n’a aucune idée du nombre d’athlètes qui seront présents dans la Ville-Reine.

«Je m’attends à ce qu’on soit un cinquantaine peut-être? Pour moi, c’est un rêve d’enfance qui se réalise. J’ai toujours trippé là-dessus et la possibilité de se rendre là n’a jamais été envisagée. Même mon retour à lutte, je l’ai fait pour le plaisir. Le simple fait de participer aux essais, c’est un aussi un rêve», lance-t-il.

«C’est sûr qu’avec une telle opportunité, je me prépare beaucoup et je vais tout donner. S’il y a des portes qui s’ouvrent après, alors tant mieux. Comme je suis rendu là, l’objectif est maintenant de bien performer. Le but, c’est d’arriver là prêt!»

Plusieurs Québécois ont défilé dans la «grosse ligue» au fil des ans, notamment les frères Jaques et Raymond Rougeau, Pierre-Carl Ouellet, et présentement les Kevin Owens et Sami Zayn.

«À la base, ils m’invitent sachant que j’ai 38 ans alors ils ont surement vu de quoi qui les intéressent dans mon pedigree. Souvent, les invitations sont faites auprès des gars qui sont âgés, au maximum, dans la début trentaine. Des gros bonshommes de 300 lbs, agiles, il n’y en a pas une tonne. On va peut-être être seulement cinq de 300 lbs?»

«Owens et Zayn sont populaires, ils ont une belle carrière et du temps d’antenne. Quand tu vois tous les Québécois qui réussissent, tu te dis pourquoi pas moi? Mon but ultime, ce n’est pas juste d’arriver à la porte (de la WWE), c’est de la défoncer!», conclut-il.

Les essais s’amorceront ce mercredi, 7 août.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de