L’Open Trois-Rivières, un nouveau milieu collaboratif et créatif

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
L’Open Trois-Rivières, un nouveau milieu collaboratif et créatif
Étienne Dansereau, coordonnateur à l'innovation chez IDE Trois-Rivières. (Photo : Audrey Leblanc)

Innovation et Développement Économique (IDE) Trois-Rivières a créé, l’été dernier, l’Open Trois-Rivières, un milieu pour stimuler la créativité, l’entrepreneuriat et la collaboration entre les gens d’affaires.

L’Open est délimité essentiellement par le centre-ville et quelques rues avoisinantes. L’initiative a pour but de créer un écosystème rassembleur, innovant et en constante évolution.

«C’est quelque chose qui se fait dans plusieurs villes dans le monde, dont plusieurs ont une taille comparable à Trois-Rivières, indique Étienne Dansereau, coordonnateur à l’innovation chez IDE Trois-Rivières. C’est un espace ouvert et collaboratif pour permettre aux entreprises de rayonner dans le milieu. On veut connecter les entrepreneurs et que le tissu urbain ne soit pas un frein pour ces gens-là.»

L’Accélérateur d’entreprises d’IDE, déjà installé dans l’Open, est un exemple du soutien que l’organisation offrira aux gens d’affaires.

«On vise à déployer d’autres offres de services parallèlement à ça, mentionne M. Dansereau. On a déjà une belle offre en démarrage, mais on veut aller plus loin avec un accompagnement plus intensif. On veut aussi faire des événements, réunir les gens autour de thématiques entourant l’innovation et la créativité. Des initiatives comme ça pour stimuler la naissance de projets.»

Bien que mis sur pied l’été dernier, l’Open prendra réellement son envol cette année. Plusieurs projets seront annoncés au fil des prochains mois.

Pourquoi «Open»?

Le nom «Open» a été retenu non seulement parce qu’il évoque l’ouverture et la collaboration, mais aussi parce que la définition francophone du mot est la rencontre entre professionnels et amateurs. «Ça va dans le sens de ce qu’on veut faire: mélanger les intervenants pour voir naître de nouveaux projets», soutient Étienne Dansereau.

«On veut créer un local qui va être le quartier général de l’Open. On s’en va vers des services d’incubation avec une version 2.0 de l’incubation, explique M. Dansereau. On a vu ce qui se fait ailleurs et on veut ajouter une touche trifluvienne à tout ça.»

«On veut aussi mettre en place un événement annuel qui devrait se tenir au printemps, ajoute ce dernier. Ce serait une occasion pour les gens de se réunir, d’échanger et de voir les bons coups qui se font ailleurs. D’autres petits projets se grefferont à ça, mais ce sont les grandes lignes pour 2019.»

Un choix tout indiqué

Et quant au secteur choisi pour l’Open, M. Dansereau indique que le centre-ville était l’endroit idéal pour y implanter le projet puisqu’on y retrouve déjà des installations intéressantes comme le Parc Micro Sciences.

«Il y a déjà de belles entreprises innovantes et mobilisées qui ont intéressées à s’impliquer, renchérit-il. On a aussi pris en considération l’aspect générationnel. De plus en plus, les jeunes veulent travailler dans un milieu dynamique où il y a plein de commerces. Ils vont beaucoup moins vers les parcs industriels comme c’était le cas avant. C’est le genre de dynamique qui est recherché et qu’il faut prendre en compte maintenant pour ne pas être en retard dans quelques années.»

En plus des entreprises déjà installées dans l’Open, IDE vise à en attirer d’autres pour renforcer l’écosystème. Déjà plusieurs échanges sont faits en ce sens.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de