«Les Jeux, c’est fantastique!» – Audrey-Anne Dufresne, athlète

Par Martin Sylvestre
«Les Jeux, c’est fantastique!» – Audrey-Anne Dufresne, athlète
Audrey-Anne Dufresne

La 48e Finale des Jeux du Québec, présentée du 1er au 9 mars, approche à grands pas. Au nombre des 158 athlètes de la délégation de la Mauricie, on retrouve la Trifluvienne Audrey-Anne Dufresne qui participera aux épreuves de ski de fond.

Ce défi n’effraie pas outre-mesure la jeune femme de 15 ans. À Saguenay, elle en sera à une troisième participation à ce grand rendez-vous québécois du sport amateur.

«J’ai participé à la Finale des Jeux du Québec à Gatineau en 2010 dans la discipline du vélo de route et à celle de Salaberry-de-Valleyfield, en ski de fond, il y a deux ans», mentionne Audrey-Anne.

Par contre, l’aventure du Saguenay revêt tout de même un petit cachet spécial.

«Ce sera mes derniers Jeux et je veux en profiter à fond. C’est ma dernière chance de faire de mon mieux et d’être dans la gang. Les Jeux, c’est fantastique et même si ce sont mes troisièmes, je les vois de la même façon que mes premiers. J’espère terminer parmi les dix premières positions», confie-t-elle.

«C’est très différent des autres compétitions de la saison. Là-bas, après la course, tu peux prendre du temps pour jaser avec les autres compétiteurs dans un contexte de fête. Ça permet de créer des amitiés. C’est un peu comme des mini Jeux olympiques pour les plus jeunes. Juste d’être avec plein de gens regroupés au même endroit qui ont une passion commune pour le sport, il n’y a pas de mot pour décrire ce sentiment», ajoute Audrey-Anne.

Par ailleurs, le snowboard cross figure au rang des épreuves qui risquent de retenir l’attention de l’élève de quatrième secondaire du Collège Marie-de-l’Incarnation (CMI).

«Il y a seulement trois ou quatre sports qui sont dehors aux Jeux d’hiver c’est pourquoi je veux aller voir ce dont ça a l’air», soutient-elle.

Une passion bien ancrée

La passion du ski de fond n’est pas tombée du ciel pour l’athlète du club Mauriski puisqu’elle profite grandement de l’héritage familial.

«Ça a toujours fait partie de ma vie. J’ai commencé le ski de fond quand j’avais quatre ou cinq ans, car mes parents et mes sœurs en faisaient. C’est une partie de moi. Ce que j’aime le plus, c’est que ça permet de te dépasser, de te défouler, de toujours en donner un peu plus et de voir jusqu’où tu es capable d’aller», transmet-elle.

À noter qu’après la Finale des Jeux du Québec, Audrey-Anne se dirigera au Championnat canadien à Whistler, en Colombie-Britannique, dans la catégorie juvénile.

Pour l’instant, une participation aux Jeux olympiques est très loin dans les pensées de la jeune fondeuse.

«Je ne pense pas à ça. Je ne crois pas me rendre jusque-là, mais je vais continuer à faire du ski tant que je vais aimer ça», conclut-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de