Les Aigles en visite dans les écoles

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Les Aigles en visite dans les écoles
Des joueurs des Aigles de Trois-Rivières ont rendu visite à des élèves de l'école de Pointe-du-Lac – pavillon Beau-Soleil. (Photo : Audrey Leblanc)

Des joueurs des Aigles de Trois-Rivières ont rendu visite, cette semaine, à l’équipe de baseball de l’école de Pointe-du-Lac – pavillon Beau-Soleil pour disputer une mini-partie. 

Depuis la fondation de l’équipe, en 2013, les joueurs visitent les enfants dans les écoles et les personnes âgées dans les résidences de la région.

«La première année, on a commencé tranquillement. C’est quelque chose qu’on fait surtout depuis 2014, indique le directeur général des Aigles, René Martin. Les visitent sont appréciées. Les écoles veulent qu’on revienne les voir d’une année à l’autre.»

«On fait une dizaine d’écoles par année, ajoute ce dernier. On en fait beaucoup pendant le camp d’entraînement, mais en saison, on n’a pas le choix de limiter le nombre de visites par respect pour les joueurs qui jouent presque tous les jours.»

Ces visites dans les écoles ne sont pas organisées par hasard. C’est que les propriétaires de l’équipe se sont donné pour mission de faire bouger les jeunes. «Quand il y a un terrain de baseball à côté de l’équipe, on peut faire un petit match. Sinon, les gars se transforment en joueurs de football ou de soccer. Le but, c’est de faire bouger les jeunes, peu importe l’activité», explique M. Martin.

Les Aigles reçoivent également au stade des camps de jour. Là encore, les joueurs se prêtent au jeu pour faire passer un bon moment aux enfants. «Même si la plupart des joueurs parlent en anglais, il y a toujours au moins une personne de notre organisation qui les accompagne pour traduire en cas de besoin», mentionne M. Martin.

Toutes ces activités, qu’elles aient lieu au stade ou ailleurs, sont possibles grâce à l’implication bénévole des joueurs. «On les sollicite beaucoup et ils répondent à l’appel. C’est du bénévolat pour eux et ce n’est pas toujours facile parce qu’ils ont de grosses journées. Ils quittent souvent le stade à minuit et doivent revenir tôt le matin lorsqu’il y a des activités», fait remarquer le directeur général de l’équipe.

D’ici la fin des classes, deux autres visites dans les écoles sont au programme, une à l’école Jacques-Plante de Shawinigan et l’autre à l’édifice Marguerite-D’Youville de Trois-Rivières.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de