Le Whistler, premier bateau de l’année au Port de Trois-Rivières

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Le Whistler, premier bateau de l’année au Port de Trois-Rivières
Le Whistler est un vraquier libérien. (Photo : Stéphanie Paradis)

La tradition se poursuit en 2020 et c’est le Whistler qui a récolté le titre de premier bateau de l’année à accoster au Port de Trois-Rivières. Le navire libérien a effectué une traversée de l’Atlantique durant 19 jours après avoir quitté le port de La Valette à Malte le 17 décembre 2019.

Le Whistler, avec ses 20 membres d’équipage de nationalité majoritairement philippine, mais aussi monténégrine, croate, hellénique et ukrainienne, a en son bord une cargaison de 34 711 tonnes métriques de sel de déglaçage qui avait été préalablement chargée en Égypte huit jours auparavant. La cargaison, destinée à Sable Marco de Pont-Rouge, est déchargée par Somavrac.

Le navire libérien est un vraquier construit en 2007 d’une longueur de 199,9 m et d’une largeur de 23,7 m. Il est amarré à la section de quai 13 du Port de Trois-Rivières pour une période de quatre jours.

À noter que pour remporter le titre de premier navire, celui-ci doit provenir d’un port étranger, avoir effectué sa traversée sans avoir fait d’escale dans un autre port canadien et effectuer au Port de Trois-Rivières une opération de chargement ou de déchargement.

En 2020, il s’agit de la 54e cérémonie du premier navire de l’année. La première cérémonie a été tenue en 1966, la navigation hivernale jusqu’à Trois-Rivières ayant débuté seulement en 1961 avec l’arrivée du Maplebranch le 18 février de cette même année.

À l’époque, la navigation hivernale était vue comme impraticable, ou trop coûteuse. C’est l’arrivée de brise-glace et d’autres navires adaptés à cette navigation, de même que l’implication des pilotes et le développement de nouvelles technologies de navigation, qui ont rendu l’activité possible.

2020, une année charnière pour le Port de Trois-Rivières

« L’année 2020 va être une année de consolidation des projets déjà en marche dans le cadre de Cap sur 2030. Ce sont des projets qui vont prendre plusieurs années à réaliser, mais on veut continuer à travailler sur le développement de la partie du port qui est urbaine, adjacente au parc portuaire », explique Gaétan Boivin, président-directeur général de l’Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR).

Un autre gros projet est la construction d’un nouveau quai à l’ouest des installations actuelles du Port de Trois-Rivières. Il s’agit d’un projet de 70 M$. « On manque d’espace. Ça fait plusieurs années qu’on refuse des contrats et on ne veut pas ça. Le port est important pour sa région et on veut continuer sa croissance », lance M. Boivin.

La venue à Trois-Rivières d’Acier Hason jouera également un rôle important dans le développement du port. « Acier Hason est un manufacturier qui va fabriquer de grosses pièces, alors on veut organiser un passage pour ce type de marchandise et possiblement continuer à travailler dans ce secteur pour que ce même genre d’industrie vienne s’installer à Trois-Rivières. C’est une valeur ajoutée qu’offre le port aux manufacturiers de la région. On ne veut pas seulement créer des emplois dans le port, on veut créer également des emplois en périphérie du port », conclut le PDG de l’APTR.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de