(PHOTOS) Le Musée POP lance son exposition permanente

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
(PHOTOS) Le Musée POP lance son exposition permanente
Valérie Therrien, directrice du Musée POP, et Dominic Ouellet, responsable des expositions et de l'éducation (Photo : Marie-Eve Alarie)

Après de nombreux mois de travail, le Musée POP ouvre les portes de sa toute première exposition permanente Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise au grand public. Elle occupera la plus grande salle d’exposition du Musée pour les 10 prochaines années. Tour d’horizon.

Un sondage pour commencer…et pour finir

Le processus de création de l’exposition s’est avéré assez unique dans le monde de la muséologie, puisque les thématiques de l’exposition ont été choisies selon un sondage réalisé auprès de 1000 Québécois en 2018. Il s’agit des huit sujets les plus populaires et qui représentent le plus la spécificité du peuple québécois d’après les répondants. Voici les thématiques dégagées et le pourcentage de vote récolté lors du sondage:

Swing la bacaisse (musique): 24%

Y fait frette! (les influences de l’hiver sur la vie quotidienne): 19%

C’est pas croyable (tradition des contes et légendes): 25%

-Se bourrer la face (cuisine québécoise): 30%

Ça sent la coupe! (passion du hockey et du CH): 26%

«Kuei» (héritage des Premières Nations): 29%

On a de la jasette (spécificités de la langue québécoise): 32%

J’vais te patenter ça! (génie inventif québécois): 25%

Par ailleurs, les visiteurs sont invités à remplir le sondage de nouveau à la fin de l’exposition, afin de permettre de dégager une tendance sur l’évolution des différentes thématiques. L’exposition pourra d’ailleurs être bonifiée pendant les 10 prochaines années et les choix du public pourraient apporter des idées pour du futur contenu d’exposition.

Pour petits et grands enfants

L’équipe du Musée POP a développé La virée des flos et des flounes qui consiste en un circuit parallèle à l’exposition, disposé à chaque station, entièrement destiné aux petits (et grands, ne boudons pas notre plaisir!) enfants. Au programme: bonhomme gigueur à faire giguer (photo ci-contre), construction d’un fort, pratique de slap shots dans une ruelle, jeux d’ombres et plus. Ils pourront même dire des gros mots adoucis dans la cabane à jurons. Notons qu’on peut identifier La virée des flos et des flounes par son aspect noir et blanc.

 

La parole aux Premières Nations

Il était primordial pour l’équipe du Musée POP de faire une place aux Premières Nations dans cette exposition permanente. C’est finalement par le biais de témoignages émouvants que cela se produit. À la station KueiBonjour en Atikamekw –, on découvre le point de vue de membres de différentes nations autochtones concernant leur héritage à la culture québécoise. Il y est aussi question de la place de la toponymie issue des langues autochtones.

Plus de technologie que jamais

Entre la numérisation en 3D d’objets de la collection permanente du Musée POP aux douches sonores qui laissent entendre la musique québécoise de la Bolduc à Safia Nolin, en passant par des rondelles de hockey qui servent d’écouteur, de nombreux éléments technologiques s’intègrent à l’exposition Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise. En fait, c’est la première fois que l’équipe du Musée en utilise autant dans une même exposition.

«L’intégration de ces technologies a représenté un défi créatif d’une part parce qu’on voulait que les dispositifs soient intéressants. Il fallait aussi les moyens financiers et techniques pour le faire. Les douches sonores sont probablement le plus gros morceau sur le plan technologique. C’est sûr que c’est un gros risque qu’on a pris. On a aussi pensé au fait que les technologies risquent de se renouveler dans les dix prochaines années», explique Dominic Ouellet, responsable des expositions et de l’éducation au Musée POP.

«Il fallait réfléchir l’exposition pour qu’elle soit durable sur le plan technologique et sur l’aspect de la pertinence, poursuit Valérie Therrien, directrice du Musée POP. C’est important qu’elle puisse bien évoluer. C’est assez costaud de créer une exposition permanente, c’est certain, mais on est très content du résultat.»

350 objets

C’est aussi la première fois que le Musée parvient à intégrer autant d’objets de sa collection au sein d’une même exposition. Ce sont 350 objets que l’on retrouve de station en station. Rappelons que l’exposition permanente avait notamment pour objectif de mettre en valeur les artefacts de la collection du Musée POP. On retrouve notamment une motoneige jouet de 1960, des bonshommes gigueurs, un séchoir à bas, un tape-cul, une baratte à crème glacée, un traîneau à bâtons, un œufrier et un éventail de bois.

D’ailleurs, une activité de médiation culturelle intitulée Patente ou pantoute sera proposée aux groupes scolaires, camps de jour et autres groupes intéressés afin de faire découvrir des objets dans la salle d’exposition.

Accents d’ici

Les spécificités de la langue québécoise occupent évidemment une partie de l’exposition. C’est l’occasion d’aborder les débats pour la sauvegarde de la langue par le biais de caricatures et de tendre l’oreille pour écouter les différents accents du Québec. Il était aussi difficile de passer à côté de la place qu’occupent les sacres dans le langage populaire.

L’exposition permanente Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise est maintenant accessible au public.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de