Le livre québécois à l’honneur le 12 août

Le livre québécois à l’honneur le 12 août

La librairie Poirier organise une activité spéciale le 12 août.

Crédit photo : Photo Marie-Eve Alarie

LITTÉRATURE. À l’occasion de la journée Le 12 août, j’achète un livre québécois, la librairie Poirier tiendra une activité spéciale qui réunira 24 auteurs de la région et d’ailleurs.

La plage horaire de 10h à midi sera consacrée aux auteurs de livres jeunesse. Les jeunes lecteurs auront l’occasion de rencontrer Nadine Poirier, Étienne Poirier, Marie-Sol, Fernande Lamy, Christiane Dupont-Champagne, Félix LaFlamme et Claude Desrosiers.

Guillaume Morrissette, Pierre Drouin, Ariane Gélinas, Louise Lacoursière, François St-Martin, Monique Juteau, Marie-France Bornais, Alain Labonté et Francis Pelletier sont quelques-uns des écrivains à avoir déjà confirmé leur présence à cette fête spéciale.

«On constate que la participation à cette journée augmente chaque année. On ne fait jamais deux fois la même activité. Cette fois-ci, on aura 24 auteurs qui se relaieront durant la journée, à raison de huit à la fois durant deux heures. Ça se veut une journée très conviviale», souligne Frédérica Skierkowski, gérante de la Librairie Poirier.

Un engouement qui se remarque

L’événement Le 12 août, j’achète un livre québécois est une initiative citoyenne qui a vu le jour il y a quelques années déjà. Depuis, de nombreuses librairies indépendantes du Québec ont emboîté le pas.

D’ailleurs, Mme Skierkowski affirme percevoir de plus en plus d’engouement pour la littérature québécoise. Les livres de Biz, David Goudreault, Serge Bouchard, Normand Baillargeon, Dany Laferrière et Nicole Bordeleau ont particulièrement été populaires dans la dernière année.

«La littérature d’ici est d’une belle qualité et ça continue de s’améliorer. On a de bons auteurs au Québec et les éditeurs québécois font un gros travail pour mettre en valeur les livres. Une journée comme le 12 août est importante, car ça éclabousse le reste de l’année. Les gens vont se laisser surprendre, se laisser conseiller des livres qu’ils n’auraient peut-être pas lus autrement. C’est l’occasion de leur faire découvrir des livres et des auteurs d’ici», note-t-elle.

Copropriétaire de la Librairie L’Exèdre, Audrey Martel remarque aussi que les gens semblent plus sensibilisés à la littérature québécoise depuis quelques années.

«Ça m’a sauté aux yeux! Peut-être est-ce parce qu’on se pose davantage la question. Mais depuis le début de l’initiative du 12 août, j’achète un livre québécois, les gens qui veulent donner un livre en cadeau nous demandent beaucoup des livres du Québec. Ils le précisent davantage. Il faut dire que la qualité est là», explique Mme Martel.

La Librairie L’Exèdre n’organise pas d’activité particulière le 12 août, mais sera néanmoins exceptionnellement ouverte pour l’occasion, étant d’ordinaire fermée le dimanche. Trois libraires aux goûts différents seront sur place pour offrir des suggestions de lecture québécoise.

Pour sa part, Audrey Martel a beaucoup recommandé Manikanetish de Naomi Fontaine, un «coup de cœur» des dernières années, conclut-elle.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Louise Recent comment authors
Louise
Invité
Louise

Encourageons nos auteurs et tout le travail local qui si rattache, pour se faire dans la page © doit apparaître qui a fait la maquette (graphiste) et qui a fait la mise en page (infographiste) dans certains cas, ça peut être la même compagnie où la même personne. Sans ces données, le livre entre vos mains a été mise en page en Inde. Façon de faire très fréquente dans l’empire Transcontinental qui regroupe plusieurs maisons d’édition et qui, malheureusement, a droit aux subventions de la SODEC et du Fond du Livre au fédéral afin de faire travailler des gens sur… Read more »