Le Festival de l’Assomption a 10 ans

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Le Festival de l’Assomption a 10 ans
C'est en 2009 que la Neuvaine est devenue le Festival de l'Assomption. Des classiques, comme les processions aux flambeaux, sont toujours de la programmation. (Photo : courtoisie)

Cela fait maintenant dix ans que la Neuvaine a pris un virage pour devenir le Festival de l’Assomption.

«On était rendu là. Le virage était devenu nécessaire, car on voyait que la clientèle diminuait. Au début, la dimension culturelle du festival était peu présente. Ça commençait timidement et on se demandait si on était en train de dénaturer l’événement. Il a fallu faire une éducation auprès des pèlerins. Puis, tranquillement, les spectacles ont mis en vedette des artistes de plus en plus connus», raconte Yvana Labouba, directrice des communications et du développement au Sanctuaire.

Ces dix dernières années, on a vu des artistes comme QW4RTZ, Marielle Fortier-Landry, Valérie Milot, Sylvie Desgroseillers, Paule Landry, Nathalie Simard, Jorane, Florence K et même Jonas comme têtes d’affiche de spectacles.

«La dimension culturelle de l’événement s’est développée. Le défi était toutefois de trouver le juste équilibre entre la dimension culturelle et la dimension plus religieuse. Aujourd’hui, les gens aiment aussi la dimension culturelle et plus festive du Festival de l’Assomption. On atteint tranquillement une signature qui est propre au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Les gens se sont approprié la formule», souligne Mme Labouba.

Ces développements ont aussi permis d’attirer une nouvelle clientèle qui ne se déplaçait pas au Sanctuaire pour la Neuvaine. Cela a fait en sorte que même si la clientèle traditionnelle a tout de même diminué de 10% en dix ans, le festival a toujours maintenu ses 45 000 visiteurs grâce à la venue de cette nouvelle clientèle.

Même si la place accordée à la culture est en essor depuis les débuts du Festival de l’Assomption, la dimension religieuse et spirituelle n’est pas en reste puisque les processions aux flambeaux, messes et célébrations de l’Eucharistie occupent toujours une place importante.

Le Festival de l’Assomption s’est aussi ouvert à d’autres aspects de la spiritualité, notamment en incorporant une activité de Yoga Bienveillance visant le bien-être physique et spirituel. Cette activité intergénérationnelle a d’ailleurs été l’un des beaux succès du festival en 2018.

L’événement s’est aussi ouvert à d’autres partenaires, dont le Grand Prix de Trois-Rivières. Comme le veut maintenant la tradition, Mgr Pierre-Olivier Tremblay procèdera à la bénédiction des pilotes et des voitures des participants au Grand Prix.

«On est pas mal audacieux. Ici, on n’a pas le choix de se renouveler et on était rendu à ce virage», conclut Yvana Labouba.

 

45 000

Nombre de visiteurs attendus au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap pour le Festival de l’Assomption

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de