Le développement économique au centre des enjeux en 2021

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Le développement économique au centre des enjeux en 2021
Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières (Photo : Marie-Eve Alarie)

L’année 2020 n’a pas été de tout repos à la Ville de Trois-Rivières et les défis s’annoncent encore nombreux alors que l’on met le pied dans l’année 2021.

«Évidemment, l’un des grands enjeux principaux se situe au niveau du développement économique. Il faut maintenir ce qu’on a en place et se donner les moyens d’aller plus loin», lance Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières.

Maintenant que la démolition de l’ancienne usine Aleris est complétée, le développement du secteur est de la ville, particulièrement du Bas-du-Cap, pourra poursuivre son élan.

Les perspectives s’annoncent aussi encourageantes dans le secteur ouest, poursuit le maire Jean Lamarche, entre autres avec l’ouverture prochaine du nouveau Colisée.

«On veut que ça se fasse bien, car ce sera un élément important. Il y a aussi le District 55 qui continue son développement. En général, il faut s’assurer de maintenir un équilibre entre la qualité de vie, l’environnement et le développement économique. C’est de cette façon que Trois-Rivières va maintenir ses acquis et se développer. Il importe de demeurer à l’affut de ce qu’on peut faire comme nouvelle mesure pour transformer la menace en opportunité. Par exemple, évaluer ce qu’on peut offrir de nouveau pour le tourisme d’affaires, travailler sur des offres complémentaires.»

«De belles annonces s’en viennent, assure-t-il. On est notamment en train d’atteindre la pleine capacité des quartiers industriels. On souhaite poursuivre les efforts pour s’éloigner du modèle mono-industrie pour aller vers une meilleure pluralité de types d’économie, cela dans le but d’éviter d’être à la merci d’une fermeture de grande entreprise.

Les bons coups de 2020

«La pandémie a volé le show en 2020, mais je pense qu’avec tout ce qu’on a fait depuis le printemps passé, on a réussi le pari de remonter la pente. Comme nous avons été l’une des premières villes au Québec à être touchée directement par la COVID-19, on l’a rapidement prise au sérieux et on a mis en place rapidement un comité de relance, ainsi que des moyens significatifs sanitaires et économiques. Il était important qu’on maintienne la notoriété de la ville de Trois-Rivières pendant la pandémie», indique le maire Lamarche.

La tenue et la captation du spectacle de la Fête nationale à l’Amphithéâtre Cogeco a notamment contribué à faire rayonner la ville partout au Québec, aime-t-il rappeler. Par ailleurs, le niveau d’employabilité est presque revenu au même seuil qu’au début du mois de mars 2020, note-t-il.

«Grâce aux fonds disponibles, on est venu en aide aux entreprises qui étaient en santé avant la pandémie pour les aider à passer à travers cette épreuve. Ça a été salutaire pour l’instant, mais le combat n’est pas fini», ajoute le premier magistrat.

La piétonnisation de la rue des Forges pour la saison estivale a aussi donné un coup de main aux commerçants du centre-ville durant l’été. Les résultats obtenus font en sorte que la rue des Forges redeviendra piétonne l’été prochain. Le nouveau parc linéaire des Coteaux a également été rapidement apprivoisé par les citoyens.

M. Lamarche ajoute également aux bons coups de la Ville en 2020 la signature d’une entente avec la East Coast Hockey League pour l’obtention d’une équipe à Trois-Rivières dès 2021, la vente du stationnement Badeaux et l’acquisition du terrain de l’ancien magasin Bonaprix.

Rappelons que l’année 2020 a aussi été marquée par la crise en lien avec les déversements d’eaux usées et l’incendie à l’autogare, ce dernier ayant causé des dégâts à la salle J.-Antonio-Thompson et à la Maison de la culture.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires