Le Collège Laflèche adhère à l’Alliance Sport-Études

Le Collège Laflèche adhère à l’Alliance Sport-Études

Sébastien Fyfe, Eliott Vaillancourt, Marianne Leclerc (Athlète de taekwondo), Christine Linteau et Stéphane Roy. Photo Jonathan Cossette - Hebdo Journal

ÉDUCATION. Le Collège Laflèche a annoncé son adhésion à l’Alliance Sport-Études, un programme qui soutient la réussite scolaire des athlètes québécois de haut niveau poursuivant des études collégiales ou universitaires. Le partenariat s’amorcera à l’hiver 2019.

Les étudiants-athlètes du Collège Laflèche pourront donc bénéficier de services d’encadrement pédagogique qui les aideront à réussir leurs études collégiales tout en excellant dans la pratique de leur sport.

«Merci aux professeurs qui composent déjà avec des étudiants-athlètes, ces professeurs qui se montrent flexibles et qui croient en la recette et la réussite. Ça fait 18 ans que notre Sport plus études existe et on est passé de 6 à 55 étudiants. L’Alliance viendra bonifier notre structure et nos services, tout en assurant leur progression au niveau universitaire. Ça va ouvrir la porte à plusieurs partenariats également», lance Stéphane Roy, coordonnateur du programme Sports-Études.

Rappelons que le programme en place permet notamment aux étudiants-athlètes d’avoir un horaire personnalisé et allégé pour les entraînements et les compétitions, des cours par correspondance, et des cours en psychologie et en physiologie du sport, entre autres.

«L’Alliance est offerte à tous les athlètes. Elle soutient plus de 1300 étudiants-athlètes au Québec et elle est en forte augmentation. On est rendu dans 44 cégeps et 8 universités, dont une vingtaine de cégeps qui ont joint depuis 2010. La majorité des bourses sont de 2500$, mais une quarantaine de bourses de 500$ sont aussi remises (une par collège) selon différents créneaux», ajoute Sébastien Fyfe, directeur général de l’Alliance Sport-Études.

«Comme services, on offre la transition entre le collège et l’université. On offre aussi un service de parrainage aux nouveaux étudiants. C’est donc dire qu’ils seront chapeautés par un étudiant-athlète avec expérience. Des cours en ligne seront offerts, tels que «Comment préparer son après carrière» et l’«Initiation à la psychologie», avec une grande partie du cours axée sur la psychologie sportive. D’ailleurs, de plus en plus de cours seront offerts.»

Les athlètes admissibles doivent être identifiés de niveau excellence, élite, relève ou espoir par leur fédération. Pour ce qui est des joueurs de hockey, il faut évoluer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), la Ligue de hockey Junior AAA ou la Ligue de hockey Midget AAA.

«Le système en place était déjà incroyable, alors il va être encore plus intéressant pour nous», a témoigné Elliot Vaillancourt, athlète en ski de bosses.

«C’est intéressant de pouvoir obtenir des bourses, mais ce n’est pas ça qui retient mon attention. Le point que je retiens le plus, c’est le transfert cégep/université. C’est une étape difficile, car on recommence toujours à zéro. Là, au lieu de recommencer au bas de l’échelle à faire nos preuves et créer de nouveaux contacts, on aura un lien d’établi. C’est un des avantages très intéressants pour les athlètes.»

Outre la collaboration des enseignants, les étudiants-athlètes de l’Alliance Sport-Études ont aussi accès à de nombreux services et avantages, notamment la possibilité d’aménager leur horaire scolaire en fonction de leurs besoins sportifs, selon leur cheminement scolaire et la justification des absences liées aux camps d’entraînement et aux compétitions. Les professeurs du Collège Laflèche étaient déjà très sensibilisés à la cause.

«L’adhésion à l’Alliance Sport-Études offrira de nouveaux avantages qui aideront nos athlètes à se développer globalement, tant au niveau sportif que dans leur réussite éducative», ajoute Christine Linteau, directrice des études au Collège Laflèche.

«Nous offrions déjà le sports-études et nous étions déjà flexibles, alors qu’est-ce que l’Alliance nous apportera de plus? Et bien on est allé avec l’engouement, en plus des bourses qui sont possibles avec ce partenariat-là. C’est très intéressant pour les étudiants alors on s’est dit pourquoi pas? Je vous dirais qu’il y une vague, car on entend parler de l’Alliance de plus en plus», conclut-elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un Commentaire

avatar