Le Club de canoë-kayak de Trois-Rivières (CKTR) prêt pour la saison estivale

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Le Club de canoë-kayak de Trois-Rivières (CKTR) prêt pour la saison estivale
Sébastien Bettez est entraîneur au CKTR qui compte 130 rameurs, dont 38 sont inscrits au programme sport-études. Photo Hebdo Journal - Jonathan Cossette

Bien que ses activités furent quelque peu ralenties par la pandémie l’été dernier, le Club de canoë-kayak de Trois-Rivières (CKTR) est fin prêt pour l’été 2021. L’Hebdo Journal s’est entretenu avec Sébastien Bettez, récipiendaire du «Prix Cœur de cœur», dans la catégorie Entraîneur, au dernier Gala Sport-Hommage Mauricie Desjardins.

Coach Bettez est d’abord revenu sur l’été 2020, qui rappelons-le, n’était pas de tout repos pour les organisations sportives.

«Ce n’était pas évident au club l’an dernier. De notre côté, on offre deux types de programmes, soit le volet Sportif et le volet Initiation. Du côté des camps de jour et de tout ce qui était initiation en soirée, on n’a pas pu relancer nos activités parce que les mesures sanitaires changeaient assez rapidement», confie-t-il.

«Pour l’été qui s’en vient, on pourrait accueillir des groupes de 25 jeunes pendant huit semaines, selon les nouvelles mesures sanitaires. Habituellement, ce serait une quarantaine de jeunes qui fréquenteraient nos camps de jour.»

En effet, le CKTR pourra désormais compter sur une toute nouvelle terrasse extérieure où un local y sera aménagé. Elle facilitera les choses pour les camps de jour si jamais les mesures sanitaires demeuraient assez restreintes.

«C’est un très bel ajout pour nous, c’est certain. C’est important de pouvoir accueillir nos jeunes à qui on fait découvrir les sports de rame. Ça nous fait un énorme bassin de recrutement pour nos programmes sportifs également. La pandémie a quand même fait mal. Habituellement, on était 250 rameurs alors on est le club qui a subi la deuxième plus grosse chute de membres au Québec. Par contre, on est numéro un pour le nombre d’athlètes sur l’Équipe nationale avec sept», ajoute-t-il.

«Nous avons une très belle relève au club présentement et une très belle pyramide d’âges. Depuis un an, on a changé notre approche et on a arrêté de parler de performance. L’objectif est de trouver un bien-être et d’aimer pratiquer notre sport. On n’avait pas le choix non plus puisque toutes les compétitions ont été annulées depuis un an et les athlètes ont vécu déception après déception. On a toujours continué de travailler le processus, tout en ayant du plaisir sur l’eau. On continue de travailler fort pour être rapide même s’il n’y a pas de compétition.»

À l’heure actuelle, le CKTR compte 130 rameurs, dont 38 sont inscrits au programme sport-études. Chose certaine, le Trifluvien ne regrette pas d’être revenu à ses anciennes amours il y a quelques mois déjà.

«J’ai été athlète de canoë-kayak durant mes études secondaires, et ce, jusqu’au Collège Laflèche. J’ai grandi en suivant ma sœur qui avait commencé le canoë-kayak au Cap-de-la-Madeleine. J’idolâtrais les plus vieux rameurs et je voulais, moi aussi, devenir un rameur accompli un jour», témoigne-t-il.

«J’ai quitté le domaine à l’âge de 20 ans pour tomber sur le marché du travail. C’est quelques années plus tard que j’ai pris un congé sans solde pour revenir. L’année suivante, un poste d’entraîneur-chef par intérim s’offrait à moi. Lorsque j’ai recommencé, j’ai tout de suite adoré la gestion d’équipe. Je me suis vite rendu compte que c’est différent, dans le sens où quand tu gères des athlètes, c’est sûr qu’ils vont se donner beaucoup plus parce qu’ils veulent des performances», ajoute celui qui coordonne la gestion du groupe élite.

Tel que mentionné précédemment, le Trifluvien a tout récemment remporté le «Prix Cœur de cœur», dans la catégorie Entraîneur, au dernier Gala Sport-Hommage Mauricie Desjardins.

«C’est certain que remporter un prix coup de cœur est un bel hommage. Ma première réaction a été de me dire que c’est un prix qui revenait à toute l’organisation du CKTR. Lorsqu’on gagne un tel prix, on est comme la pointe de l’iceberg. Derrière nous, il y a un conseil d’administration, tous les bénévoles et les autres entraîneurs, tous des gens dévoués corps et âme pour le club, conclut-il fièrement», a-t-il conclu.

Si vous désirez plus d’informations sur le CKTR, visitez le https://canoekayaktr.ca/.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires