Le Climatisation Cloutier survit à quelques tempêtes

Photo de jcossette
Par jcossette
Le Climatisation Cloutier survit à quelques tempêtes
Le Climatisation Cloutier en a vécu des choses dans ces derniers mois. (Photo : Archives)

Le Climatisation Cloutier en a vécu des choses dans ces derniers mois. Il a perdu son domicile, l’aréna Jean-Guy Talbot, son entraîneur-chef, Éric Haley, ainsi qu’un de ses propriétaires de longue date, Yves Tremblay. Le co-propiétaire, Patrick Casault, s’est rapidement trouvé un partenaire afin de poursuivre les opérations, de sorte que la formation trifluvienne pourra continuer son chemin dans la Ligue de hockey Senior AAA du Québec le 16 octobre prochain.

« Nous étions deux propriétaires, Yves Tremblay et moi. Yves a décidé de se retirer cette année pour des raisons personnelles. Je l’ai su à 15h50 qu’il ne revenait pas et on devait remettre notre inscription à la ligue pour 17h. J’ai demandé à mon meilleur ami Steve Desbiens, des Glissières Desbiens, qui a décidé de se joindre à moi 50-50 dans le club de hockey. Il ne faut pas oublier non plus Jérôme Cloutier, de Climatisation Cloutier, qui est resté avec nous malgré la pandémie. On n’aurait pas pu poursuivre sans lui », lance Patrick Casault, co-propriétaire depuis cinq ans.

« Je ne pouvais continuer tout seul dans cette aventure, surtout pas avec la pandémie. Je me suis rapidement reviré de bord pour approcher Steve (Desbiens) et il m’a dit: « oui, j’embarque, on fonce ». Je suis un fan de hockey et je fais ça par passion, et non pour faire de l’argent parce qu’on n’en fait pas vraiment. Si Steve m’avait dit non, je n’aurais pas pu continuer seul et je n’aurais probablement pas embarqué avec quelqu’un que je ne connaissais pas. »

Non seulement le Climatisation Cloutier devait trouver un partenaire d’affaires, mais il devait également analyser les pertes si la limite de 250 spectateurs avait été maintenue.

« Je suis un passionné de hockey alors je ne voulais pas que l’équipe cesse ses activités. C’est certain que c’était stressant le nombre de spectateurs réduits. À 250 fans seulement, on perdait de l’argent assurément, alors qu’à 500, on gardait la tête tout juste hors de l’eau », confie-t-il.

Réal Lajoie a conservé son poste directeur des opérations de la formation trifluvienne, tandis qu’Alain Gardner remplacera Éric Haley derrière le banc.

« Alain (Gardner) a beaucoup d’expérience et il a gagné plusieurs coupes. Il a aussi un bon bagage dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) et on a même la vision du hockey », témoigne M. Casault.

Coach Gardner avait d’abord signé une entente avec le Formule Fitness de Bécancour, mais l’organisation a cessé ses activités, tout comme l’avait fait Nicolet.

Déménagement

La formation trifluvienne devra composer avec un autre changement majeur cet hiver, soir le déménagement dans le vieux colisée de Trois-Rivières.

« Je pense que tous les gens du Cap-de-la-Madeleine, nos 400 ou 500 fidèles, vont suivre. De ce que j’ai vu du match hors concours contre La Tuque, nos 250 fans venaient majoritairement du Cap-de-la-Madeleine. »

« Maintenant qu’on est rendu à Trois-Rivières, je pense qu’on peut aller chercher les 400 ou 500 fidèles qui suivaient le Caron et Guay et les Draveurs dans la LNAH, également. Je pense qu’on peut aller les accrocher parce qu’on présente du très bon hockey », conclut-il.

Trois-Rivières amorcera sa saison régulière le samedi 16 octobre, à domicile, face aux Loups de La Tuque, dès 20h.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires