Le Centre d’exposition Raymond-Lasnier reprend vie!

Par marie_eve_alarie
Le Centre d’exposition Raymond-Lasnier reprend vie!
L'exposition "Objets pour surprendre le temps et consoler les fantômes" de Claudie Gagnon est présentée au Centre d'exposition Raymond-Lasnier jusqu'au 21 novembre. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Après une fermeture de près d’un an causée par l’incendie survenu en novembre 2020 dans l’autogare de l’hôtel de ville, le Centre d’exposition Raymond-Lasnier peut enfin rouvrir ses portes au public. Pour l’occasion, deux expositions des artistes Claudie Gagnon et Ludovic Boney y sont présentées jusqu’au 21 novembre.

« Ce sont deux univers différents, mais qui nous amènent à ressentir des choses. L’un réfère à la curiosité, l’autre davantage au souvenir. Les visiteurs interagiront de façons différentes avec ces expositions », souligne Marie-Andrée Levasseur, directrice des arts visuels chez Culture Trois-Rivières.

L’exposition Objets pour surprendre le temps et consoler les fantômes met en scène des objets d’usage courant – souvent obsolètes – détournés de leur fonction. Verrerie de laboratoire, insectes naturalisés, épingles, bijoux et miroirs s’amalgament dans des installations suspendues auxquelles il vaut la peine de s’attarder aux détails.

« Ces sculptures suspendues donnent une autre vocation aux objets du quotidien. On ressent de la douceur, du dégoût aussi, parfois, remarque-t-elle. C’est un mélange entre le côté scientifique de certains objets avec la poésie et la beauté de ces objets. Ce sont de petits univers en soi, de petits cabinets de curiosités. »

En plus des sculptures suspendues, l’artiste autodidacte s’inspire de classiques académiques de l’histoire de l’art qu’elle réinterprète, tout en les rehaussant avec différents médiums.

Dans l’autre salle du Centre d’exposition Raymond-Lasnier, c’est à une immersion totale que sont conviés les visiteurs. On s’attend pourtant à peu à la vue de l’abri tempo qui accueille l’exposition Rassemblement familial, mais c’est à l’intérieur que la magie agit. Car on se déplace littéralement au cœur du souvenir d’un rassemblement familial « comme dans le temps ».

Que ce soit la nourriture sur les plateaux dans la chambre froide, l’odeur du cèdre dans un garde-robe, les fameux manteaux de fourrure…

Après plus de 18 mois de pandémie, cette proposition artistique résonne fort et différemment.

« C’est une surprise de salle en salle, indique Marie-Andrée Levasseur. Dans chacune des salles, on peut ressentir une émotion grâce à un objet, un son, une odeur… Et tout ça s’accumule. Quand tu ressors de l’exposition, tu as vécu le souvenir toi aussi. »

L’expérience peut également entraîner de belles discussions avec les enfants qui ne comprendront peut-être pas pourquoi il y a des bottes dans le bain…!

Des oeuvres interactives à l’Espace Pauline-Julien

Du côté de l’Espace Pauline-Julien, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, Culture Trois-Rivières présente Anthèse de l’artiste multidisciplinaire ULO. Anthèse se veut une réflexion poétique et symbolique autour de la féminité.

Les visiteurs sont invités à interagir avec ces œuvres par un système de captation de mouvement et de lumière qui s’active à l’aide de senseurs. L’artiste utilise plusieurs médiums, tels que le dessin, la sculpture, la photo, l’intelligence artificielle, la programmation, l’animation 3D et le design sonore.

L’exposition y sera présentée jusqu’au 28 novembre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires