Le budget pour les pistes cyclables adopté dans la division

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Le budget pour les pistes cyclables adopté dans la division
(Photo : Marie-Eve Alarie)

La Ville de Trois-Rivières a adopté un emprunt de 1M$ pour autoriser des travaux de construction et de réfection de pistes cyclables sur le territoire et d’aménagements en bordure de pistes cyclables sur le territoire.

Le règlement d’emprunt permettra de poursuivre la piste cyclable du boulevard Parent jusqu’à la caserne sur le boulevard des Chenaux, ce qui représente environ 700 mètres, ainsi que la montée au bout de la rue Papineau pour rejoindre l’intersection du boulevard des Chenaux et la rue Chanoine-Moreau. Des aménagements temporaires de type bollards, par exemple, seront aussi ajoutés de l’intersection Chanoine-Moreau/des Chenaux jusqu’au boulevard des Forges, de même que de la caserne à l’Institut secondaire Keranna.

Toutefois, la décision a divisé les élus du conseil municipal. Les conseillers municipaux Claude Ferron, Mariannick Mercure et Denis Roy se sont opposés au moment du vote sur cette question, comme c’est le cas depuis l’annonce du montant au Plan triennal d’immobilisation (PTI), en décembre dernier.

La conseillère du district des Forges, Mariannick Mercure, dénonce le fait que le budget municipal accordé aux pistes cyclables passe de 2 M$ à 1 M$.

«Pour moi, le rythme de développement des pistes cyclables est insuffisant. En décembre, le conseil municipal a planifié une coupure de 50% dans l’enveloppe de l’apport ville. C’est donc aussi la moitié moins de subvention provinciale qu’on peut aller chercher», plaide-t-elle.

Plusieurs élus autour de la table ont fait valoir que «des choix difficiles et déchirants» sur plusieurs enjeux ont dû être faits lors de l’élaboration du dernier budget.

«Ça ne sera pas plus facile chaque année pour le budget. Au final, vous avez fait le choix de diminuer de 50% l’enveloppe. Quand on regarde le parc des Coteaux, qui est un succès, on voit qu’il y a un besoin réel. Ce parc a coûté 1,4 M$, financé à 50% par une subvention. Avec le budget voté aujourd’hui, on ne serait pas capable de développer un projet de cette envergure alors qu’il y a des potentiels d’infrastructures de pistes cyclables à travers la ville», renchérit Claude Ferron, conseiller du district des Rivières.

Questionné sur la question, le maire Jean Lamarche souligne qu’«il peut y avoir une divergences dans l’interprétation» de cette enveloppe budgétaire.

«Quand on regarde le PTI, il y a trois colonnes : la contribution de la Ville de Trois-Rivières, l’apport externe en subvention et le coût net. Une année, la contribution de la Ville était de 1 M$. Après l’adoption du PTI, nous avions eu la confirmation d’un montant de 500 000$ de subvention, ce qui a porté l’enveloppe totale à 1,5 M$. Là, la Ville investit 500 000$ et on ira chercher l’autre 500 000$ en subvention. Ce qui change concrètement, c’est la façon de financer les projets de piste cyclable», assure-t-il.

«Par ailleurs, ce budget fait partie du PTI qui a été voté en décembre. On doit le respecter», ajoute-t-il.

Les élus municipaux ont cependant convenu de garder la porte ouverte et de discuter de nouveau afin d’octroyer plus d’argent dans les pistes cyclables selon les surplus de l’année 2020 qui seront dévoilés sous peu.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires