La Ville se dote d’une Commission sur l’environnement et le développement durable

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
La Ville se dote d’une Commission sur l’environnement et le développement durable
(Photo : archives)

La Ville de Trois-Rivières a adopté mardi soir sa nouvelle Politique de développement durable dont la première action consiste en la création de la Commission sur l’environnement et le développement durable.

Cette Commission est formée de 14 membres, dont les conseillers municipaux Dany Carpentier, Claude Ferron, Denis Roy et Mariannick Mercure. C’est d’ailleurs cette dernière qui en assure la présidence. Deux citoyens se joindront également au groupe. L’appel de candidature sera lancé prochainement.

La Commission travaillera sur une série de grands principes comme la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel, de l’environnement et de la biodiversité, ainsi que la réorientation du développement de façon responsable et innovante.

«L’idée était de refaire un équilibre. C’est que la première Politique de développement durable était très axée sur l’environnement. Maintenant, c’est plus large. Oui, il y est toujours question d’environnement, mais la Politique a aussi un impact sur le développement social et le développement économique. Il fallait trouver un équilibre entre ces trois pôles», explique Denis Roy, conseiller du district Marie-de-l’Incarnation.

L’une des principales nouveautés de la Politique de développement durable consiste en l’ajout de la variante culturel, en ce sens où on y inclut la notion de culture dans le développement durable.  Promouvoir et favoriser la vitalité culture et participer à la culture est aussi l’un des grands axes de la Politique.

«On parle de tout ce qui est au niveau de la transmission de cette culture de développement durable. Ce sera un pilier fondamental et facilitant pour nous aider à faire cheminer tout ça pour les citoyens», précise Claude Ferron, conseiller du district Des Rivières.

La politique intègre également des objectifs à atteindre en matière de développement social, de milieux naturels, de gestion intégrée de l’eau, de gestion des matières résiduelles, d’aménagement du territoire, d’infrastructures et de services municipaux, de vitalité économique, de culture et de patrimoine collectif.

À partir de maintenant, toutes les politiques et plans d’actions municipaux ainsi que tous les outils réglementaires devront contribuer à l’atteinte de 20 objectifs prioritaires.

La Commission assurera une veille sur les plans stratégiques des directions à chaque trimestre, en plus de gérer des dossiers plus courants comme les sacs en plastique et la consommation d’eau.

«Ce n’est pas innovant d’avoir une Commission sur l’environnement et le développement durable. C’est une évidence: on était rendu là et c’est au goût du jour. Il était temps qu’on en ait une, plaide Dany Carpentier, conseiller du district de La-Vérendrye. C’est aussi en cohérence avec Vision 2030. C’est un alignement très pertinent.»

Le renouvellement de la Politique de développement durable avait fait l’objet d’une consultation publique il y a quelques mois.

Le document est disponible ici: https://contenu.maruche.ca/Fichiers/d477a882-4a53-e611-80ea-00155d09650f/Sites/c32c511f-925d-e611-80ea-00155d09650f/Documents/Politique-Developpement-durable.pdf

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de