La Ruelle animée revient pour un deuxième été

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
La Ruelle animée revient pour un deuxième été
La Ruelle animée, située à l'extrémité de la rue Hertel, près du Pavillon Yvan Leclerc, proposera des activités du lundi au jeudi, de 12h à 18h. (Photo : Marie-Eve Alarie)

Pour un deuxième été, la Ruelle animée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR) proposera plusieurs activités à tous les enfants qui demeurent autour du CPSTR, du lundi au jeudi jusqu’au 22 août.

De 12h à 18h, des intervenantes formées à l’approche de la pédiatrie sociale animeront différentes activités dans le but de donner la chance à tous les enfants de développer leur plein potentiel à partir d’activités structurées.  Au programme: cours de piscine, atelier culinaire, partie de sport, jardinage collectif, atelier artistique, etc.

L’année dernière, ce sont 57 jeunes différents qui ont pris part aux activités proposées par la Ruelle animée.

«Ça a été une très belle réussite, indique Claudia M. Lebel, coordonnatrice du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières. Le projet s’inscrit aussi dans l’effort de revitalisation du quartier. Ici, avant, il n’y avait pas d’animation dans le parc et les jeunes de l’autre côté du boulevard n’avaient pas nécessairement accès à un camp de jour.»

L’initiative fait aussi la promotion des saines habitudes de vie et c’est également l’occasion pour les intervenantes formées de faire diverses interventions en fonction des problématiques du moment.

«Comme plusieurs des jeunes qui fréquentant la Ruelle animée sont aussi des jeunes qui bénéficient de services du Centre de pédiatrie sociale, ça nous permet de faire un bon travail d’équipe multidisciplinaire et de bénéficier des observations faites dans la Ruelle animée en clinique. C’est aussi une façon de faire du dépistage», poursuit Mme Lebel.

L’été dernier, les intervenantes ont vu les enfants évoluer du début à la fin de l’été. «On a vu des améliorations autant au niveau moteur et émotionnel que sur le plan des habiletés sociales. On a pu les amener un peu plus loin», raconte Marie-Danielle Martel, éducatrice spécialisée au Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières.

Le projet permet aussi au CPSTR de créer et solidifier un lien de confiance entre l’organisme et la communauté.

Rappelons que le CPSTR pour mission de permettre à l’enfant en situation de vulnérabilité de se développer à son plein potentiel dans le respect de la Convention relative aux droits de l’enfant. Cette approche vise à contrer les effets du stress toxique chez les enfants qui vivent en milieu défavorisés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de