La première manche aux Huskies

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
La première manche aux Huskies

LHJMQ. On le savait, et les Cataractes le savaient! Les Huskies de Rouyn-Noranda allaient sortir avec le couteau entre les dents et c’est ce qui s’est produit en Abitibi ce soir. Les locaux ont dominé 51 à 25 au chapitre des lancers, en route vers un gain de 4 à 1.

Les hommes de Daniel Renaud ont disputé une excellente première période, sans toutefois pouvoir capitaliser. Ils se sont même permis de dominer les Huskies 12 à 10 au tableau des tirs.

Malheureusement, les Huskies ont repris le contrôle de la rencontre dès la 21e minute, dominant 20 à 5 en deuxième période. Le gardien des Cataractes a cependant brillé devant la cage des siens, cédant finalement à la 16e minute de jeu. C’est le Trifluvien Alex Beaucage qui est venu le battre, aidé de Jakub Lauko et Noah Dobson.

Au troisième vingt, Justin Bergeron a doublé l’avance dès siens dès la 3e minute de jeu. Par contre, les Cataractes ont répliqué quelque 13 secondes plus tard par l’entremise de Valentin Nussbaumer.

Mais ce que coach Renaud redoutait le plus (une série de buts rapides) s’est finalement produit. Outre le but Bergeron à 2:16, Samuel Naud et Jakub Lauko ont trouvé le fond du filet – tour à tour – moins de deux minutes plus tard. Ces trois buts des Huskies en l’espace d’une minute et 21 secondes leur procurait une avance sécuritaire de 4 à 1.

Blanchette a complété sa soirée de travail avec 47 arrêts, tandis que Samuel Harvey signait la victoire avec 24 arrêts au compteur.

Le deuxième match de la série 4 de 7 aura lieu demain, toujours du côté de Rouyn-Noranda. Les matchs 3 et 4 auront lieu à Shawinigan ce mardi, et ce mercredi. Le cinquième duel – si nécessaire – aurait lieu ce vendredi, toujours en direct du Centre Gervais Auto. Dû à la longue distance entre les deux villes, la série 2-3-2 fait en sorte que les matchs 6 et 7 seraient présentés à Rouyn-Noranda.

En rappel…

Une mission quasi-impossible attend les Cataractes de Shawinigan, soit celle de battre les Huskies de Rouyn-Noranda… formation qui n’a que 9 défaites au compteur.

«On est conscient qu’on affronte la meilleure équipe au Canada, mais la pression est sur eux. De notre côté, nous n’avons aucune pression. On a vécu beaucoup d’émotions dans les dernières semaines et on a établi un plan match précis de la façon dont on veut vraiment s’exécuter pendant les premières minutes de la première game à Rouyn-Noranda et on va y aller une étape à la fois», confie-t-il d’emblée.

«Notre problème après Noël, et c’est encore plus véridique dans le match que nous avons joué contre Rouyn-Noranda, c’est qu’on est toujours dans la coup et à un moment donné, on accorde un but, et ensuite deux ou trois autres en l’espace de trois ou quatre minutes. On est capable de rivaliser et il faut trouver la force de caractère pour se retrousser les manches aussitôt qu’ils vont faire un ou deux buts. On va devoir éviter les cinq minutes fatales qui nous ont tués lorsqu’on a affronté ce genre de formations qui font partie de l’élite de la ligue.»

Daniel Renaud en sera quant à lui à ses premiers pas en séries éliminatoires en tant qu’entraîneur-chef.

«J’ai quand même déjà vécu deux finales de la coupe avec Rimouski et avec Québec, alors j’ai déjà vécu beaucoup de séries. Par contre, chaque fois que tu embarques sur la glace dans les séries éliminatoires, il y un niveau d’émotion qui est présent et on ne peut pas le nier. La game prend un step émotionnel de plus qu’en saison régulière.»

À moins d’un miracle, les Cataractes ne pourront causer la grande surprise. La raison est simple: Shawinigan est une équipe au cœur d’une reconstruction, tandis que les Huskies sont à maturité pour viser, non seulement la Coupe du Président, mais également une possible Coupe Memorial. Par contre, la participation aux séries éliminatoires des Cats pourrait rapporter des dividendes dans le futur. Pourquoi? Car cette jeune équipe va profiter d’une expérience enrichissante pour son développement.

«On a 25 joueurs dans l’équipe et au total, ils ont 19 matchs en séries d’expérience dans la LHJMQ. Après la première partie de vendredi, on va pouvoir en coller 20 de plus au kilométrage. Après le match de vendredi, on va avoir plus de matchs d’expérience que nous avons en ce moment dans l’autobus», ajoute coach Renaud. «Chaque rencontre, chaque situation qu’on va aller vivre et chaque moment de la préparation qu’on a vécu cette semaine, c’est toute du gros millage pour l’organisation au grand complet.»

«Il faut se concentrer sur le premier shift et se concentrer à gagner des petites actions. Il ne faut pas voir la montagne, car ce serait la pire erreur que nous pourrions faire.»

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de