La fée marraine de l’adoption

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
La fée marraine de l’adoption

ADOPTION. La Trifluvienne Anik Bertrand offre un service destiné aux familles adoptives et d’accueil de la région. Elle propose aux couples de les accompagner à travers les étapes de leur nouveau projet de vie.

Travailleuse sociale, éducatrice spécialisée et elle-même maman adoptante, Mme Bertrand a développé une expertise en la matière au fil des ans. Elle souhaite maintenant en faire bénéficier les autres.

Elle offre, notamment, un suivi préadoption qui permet aux couples de réfléchir et de définir leur projet selon leurs valeurs et leurs limites. «Quand tu veux adopter, ils te remettent un formulaire et tu dois choisir les particularités de l’enfant. Beaucoup de futurs parents partent avec l’idée que l’amour va tout régler, mais ce n’est pas toujours le cas», explique Mme Bertrand.

«De remplir ce formulaire avec une personne qui a un regard extérieur peut leur faire prendre conscience de bien des petits détails, ajoute cette dernière. Ça peut être facilitant d’avoir quelqu’un qui garde la tête froide pour éviter de se lancer un défi plus grand que ce à quoi on est prêt.»

Quand la paperasse est terminée et que l’enfant est arrivé à la maison, c’est là que l’aventure commence réellement. Et pour l’avoir vécu à deux reprises, Mme Bertrand sait de quoi elle parle. C’est pourquoi elle offre un suivi postadoption pour soutenir les parents et l’enfant dans l’intégration dans la famille et les difficultés qui peuvent se présenter.

Selon elle, le plus difficile, c’est de créer un lien d’attachement. «Est-il préférable d’avoir une routine très encadrée? Avoir plein de visite ou très peu? Après combien de temps je peux l’envoyer à la garderie? Ce sont toutes de petites choses à savoir qui peuvent grandement faciliter la vie des nouveaux parents», mentionne Mme Bertrand.

Mais malgré tous les trucs et conseils, il arrive parfois que le lien d’attachement ne se crée jamais. Dans ces circonstances, Mme Bertrand croit que la meilleure chose à faire est d’accepter de devenir davantage un tuteur qu’un parent.

«L’adoption, il faut voir ça comme un projet de vie et non pas comme une parentalité nécessairement, croit la travailleuse sociale. Certains enfants vont rejeter tout ce qui est affectif. Le mieux est d’accepter d’accompagner ces enfants-là plutôt que de vouloir leur offrir de l’affection à tout prix. C’est un deuil terrible pour les parents, mais je pense que c’est la meilleure chose à faire dans l’intérêt de l’enfant.»

Les deux adoptions d’Anik

Il y a maintenant 15 ans, Anik Bertrand accueillait chez elle un premier garçon. «J’ai adopté par choix et non pas parce que je ne pouvais pas en avoir, confie-t-elle. Vivre une grossesse, ce n’est pas quelque chose qui me tentait nécessairement, ce n’était pas un besoin. J’ai choisi d’adopter au Québec plutôt qu’à l’international parce qu’il y a des besoins ici aussi.»

«Pour le premier, c’était avec la banque mixte, poursuit Mme Bertrand. La particularité de ça, c’est que tu es famille d’accueil pendant un certain temps et après, tu peux adopter si l’enfant ne retourne pas dans sa famille biologique. De notre côté, ç’a pris quatre ans avant que le dossier soit complètement terminé.»

Les premiers mois dans son nouveau rôle de maman n’ont pas été de tout repos. «J’étais déjà éducatrice à l’époque, alors j’avais un point de comparaison avec d’autres enfants et je voyais que quelque chose clochait. Il avait trois ans et faisait encore des crises. Je me questionnais beaucoup», raconte-t-elle.

Dans sa recherche de solutions et d’explications, Mme Bertrand a cogné à plusieurs portes. Elle s’est vite aperçu qu’il existe peu de services pour les couplent qui adoptent. «C’est difficile de trouver de l’aide, dit-elle. Je peux dire que j’ai testé tous les services qui peuvent avoir un lien avec l’adoption, autant dans le privé que dans le public. Je pense que je suis en mesure d’orienter les gens.»

Quant à son deuxième garçon, il avait à peine deux semaines quand il s’est joint à la famille. Mieux outillée cette fois, le processus a été beaucoup plus facile pour Mme Bertrand. Maintenant que ses garçons ont 16 ans et 10 ans, la Trifluvienne a le temps et le désir d’aider d’autres couples à vivre cette belle aventure qu’est l’adoption. Pour en savoir plus sur ses services: www.anikbertrand.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires