La Biennale internationale d’estampe contemporaine prête à en mettre plein la vue

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
La Biennale internationale d’estampe contemporaine prête à en mettre plein la vue

La 12e édition de la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIEC) se déroulera du 20 juin au 12 septembre.

Plus de 250 œuvres réalisées par 51 artistes provenant de 19 pays seront exposées à l’Ancienne gare ferroviaire, à l’Atelier Presse Papier, à la Galerie d’art du Parc, au Musée Pierre-Boucher et au Musée POP.

«Cette édition de la Biennale passera à l’histoire pour les défis reliés à l’organisation de l’événement. On a dû se surpasser à bien des niveaux. L’appel de dossiers a été plus compliqué compte tenu de la pandémie et du fait que le jury ne pouvait pas se réunir en présentiel pour la sélection des œuvres. Il a aussi fallu réorganiser les salles d’exposition après l’incendie de l’autogare qui aura rendu indisponible l’une de nos salles d’exposition», raconte le président du conseil d’administration de la BIEC, Jean-Bernard Charette.

Estampe et poésie étant indissociables aux yeux du comité organisateur, la présidence d’honneur de l’événement a été confiée au poète Jean-Paul Daoust qui a également écrit des poèmes pour accompagner les six groupes d’artistes. Ils ont pour titre alors, ici ailleurs, hier maintenant, pourquoi, ainsi et tellement.

«La poésie, l’estampe et les arts visuels sont des frères dans la création. Quand j’ai vu toutes ces œuvres de la Biennale, j’ai été ébloui par ces formes, ces teintes, ces couleurs, ces recherches… J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire des poèmes sur les différentes sections. Ces œuvres deviennent des tremplins à ma création, mon imagination. J’ai trouvé des œuvres si bouleversantes que j’ai été ému en écrivant certains poèmes», confie le président d’honneur.

L’organisation travaillait également sur plusieurs projets depuis plus d’un an pour valoriser l’univers de l’art d’impression. Ainsi, le projet Impressions sonores 2.0, dirigé par Karine Bouchard, fera découvrir l’environnement sonore de l’artiste en atelier par l’exposition SANA SPATIUM des artistes Slobodan Radosavljević et Olivier Ricard présentée à l’Atelier Silex, et par la présentation de la pièce inédite Espaces partagés du compositeur de musique contemporaine Nicolas Gilbert lors d’un concert dirigé par maestro Jean-Claude Picard et les musiciens de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

La Galerie R3 de l’UQTR présentera, quant à elle, une cinquantaine d’estampes de la collection de Loto-Québec et de la relève universitaire sélectionnées par Jo Ann Lanneville et Elisabeth Mathieu.

Au centre-ville, le 507, sur la rue Saint-Georges, sera l’hôte de l’exposition …Sur une soie du 27 juin au 12 septembre. Il s’agit d’un projet collaboratif d’étudiants des cours-ateliers spécialisés d’estampe numérique et de sérigraphie II de la section des arts de l’UQTR. On y verra les projets en solo d’Érica Peres, Dwayne Gagnon et Jeanne Hamel.

Des installations de Fontaine Leriche et d’autres artistes invités feront leur apparition sur des panneaux au centre-ville cet été. Les œuvres seront accompagnées de textes de l’écrivaine Isabelle Dumais.

De son côté, l’Espace Pauline-Julien proposera Mécaniques Discursives, une sorte de machinerie absurde et poétique ayant comme point de départ le principe de réaction en chaîne. Cette exposition, présentée du 12 juin au 12 septembre, allie à la fois l’estampe et les arts numériques, sortant l’estampe de son cadre habituel.

En plus des expositions présentées dans les six lieux d’exposition, la Biennale internationale d’estampe contemporaine se transportera ailleurs en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le Garage de la culture de Saint-Élie-de-Caxton accueillera l’exposition Le vent dans les ailes du 19 juin au 6 septembre. On pourra y découvrir des estampes de François Vincent et de Deborah Chapman.

De son côté, la Maison et atelier Rodolphe-Duguay présentera Mémoires partagées, des œuvres de Marilyse Goulet, du 1er août au 12 septembre.

Des ateliers et rencontres, ainsi qu’une initiation en art imprimé avec l’artiste, sont prévus les 14 et 15 août et les 11 et 12 septembre. L’inscription comprend une visite guidée de la maison, de l’atelier et de l’exposition, le matériel pour les impressions et les conseils de l’artiste invitée pour la réalisation des œuvres. L’activité coûte 10$ par personne. Les détails sont disponibles au www.rodolpheduguay.com.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires