Kaven Deslauriers réintègre la police de Trois-Rivières

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Kaven Deslauriers réintègre la police de Trois-Rivières
Le maire Jean Lamarche et René Martin, directeur de la Police de Trois-Rivières. (Photo : Marie-Eve Alarie)

Kaven Deslauriers, impliqué dans l’affaire d’Alexis Vadeboncoeur, sera réintégré dans ses fonctions de policier à Trois-Rivières à compter du 19 août.

Rappelons que Kaven Deslauriers avait été reconnu coupable de voies de fait et obtenu une absolution conditionnelle au terme du procès. Cette absolution fait en sorte qu’il n’a pas de casier judiciaire.

La Direction de la police de Trois-Rivières devait attendre que son dossier soit terminé à la cour criminelle pour entreprendre les discussions visant une éventuelle réintégration. Un avis d’appel et une élection syndicale ont retardé le tout, de sorte que les discussions ont repris en janvier dernier.

«L’article 119 de la Loi de la police comporte deux paragraphes. Le premier stipule qu’un policier reconnu coupable d’une infraction criminelle se voit destitué automatique. Le deuxième paragraphe, c’est la même chose au niveau de l’infraction sommaire, mais le paragraphe laisse une ouverture s’il y a des circonstances particulières qui justifient d’autres sanctions. M. Deslauriers s’inscrit dans cette disposition», affirme René Martin, directeur de la Police de Trois-Rivières.

«J’ai pu valider ces circonstances particulières lors d’une rencontre. Par ailleurs, elles avaient été établies dans le jugement Magnan. On parle ainsi de la médiatisation du dossier, de l’impact sur la personne, de la longueur du procès et de la sanction obtenue , soit l’absolution conditionnelle. Il a également respecté l’ensemble des critères imposés par la Cour», ajoute-t-il.

L’année dernière, les deux autres policiers, Barbara Provencher et Marc-André St-Amant, avaient également été réintégrés au sein de la Direction de la police, tandis que Dominic Pronovost a préféré poursuivre son parcours professionnel avec la Direction des incendies, puisqu’il était policier-pompier au moment des faits en 2013.

«Ils étaient de bons policiers avant les événements de février 2013. Ces gens avaient tous des dossiers vierges avant cela. Je n’ai aucun doute à l’effet qu’ils sont aptes, tous les quatre, à faire leur travail. M. Deslauriers avait cinq ou six ans d’expérience au moment des faits et il représentait un atout pour la police de Trois-Rivières», précise M. Martin.

Le processus de réintégration du policier Deslauriers implique notamment une mise à jour des connaissances à l’École nationale de police de Nicolet, ainsi que le suivi de diverses formations pertinentes.

C’est d’ailleurs l’une des raisons ayant retardé la réintégration de Kaven Deslauriers au 19 août, car les formateurs ne sont pas tous présents en raison des vacances estivales.

«On ne ramène pas quelqu’un après six ans sans lui donner un délai de réadaptation. On va tout mettre en œuvre pour bien le réintégrer. Ça s’est très bien déroulé avec les deux autres policiers l’année dernière. Je n’ai aucun doute concernant le fait que M. Deslauriers rencontre les exigences de la profession et le lien de confiance est rétabli à ce moment-là. Je pense que le lien de confiance avec la population ira bien. Dans son jugement, le juge Magnan indiquait que la sanction, la médiatisation et la durée du procès feraient en sorte de dissuader M. Deslauriers de reposer des gestes semblables», explique le directeur de la Police de Trois-Rivières.

C’est tout le volet criminel de l’affaire Alexis Vadeboncoeur qui se ferme ainsi pour la police de Trois-Rivières. Cependant, le Commissaire à la déontologie doit encore prendre une décision dans le cas de Kaven Deslauriers. Selon sa décision, le Commissaire pourrait imposer ou non une suspension du policier pour une période déterminée.

Mentionnons aussi que le cas de Dominic Pronovost n’est pas encore réglé auprès du Commissaire à la déontologie, car le citoyen plaignant a porté appel du verdict de ne pas sanctionner M. Pronovost.

Une décision accueillie positivement par l’Association des policiers et pompiers

L’Association des policiers et pompiers de la Ville de Trois-Rivières accueille positivement la décision du conseil municipal de réintégrer Kaven Deslauriers à titre de policier et tient à remercier les élus pour cette décision attendue depuis longtemps.

«Nous sommes très content de voir Kaven Deslauriers réintégrer le Service de police de Trois-Rivières, a déclaré Patrice Boucher, vice-président de l’Association des policiers et pompiers de la Ville de Trois-Rivières. L’exécutif souhaite, au nom de ses membres, bon retour à M. Deslauriers et s’assurera de le soutenir dans toutes les étapes de son retour au travail.»

L’Association des policiers et pompiers de la Ville de Trois-Rivières n’émettra pas d’autres commentaires.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de