Jean-François Aubin lance sa campagne avec 200 partisans

Par superadmin
Jean-François Aubin lance sa campagne avec 200 partisans

Le conseiller municipal du district de Marie-de-l’Incarnation, Jean-François Aubin a lancé officiellement sa campagne électorale pour la mairie de Trois-Rivières, jeudi soir.

Devant plus de 200 personnes, le candidat a poursuivi le dévoilement de sa plate-forme électorale. En plus du gel des taxes municipales pour sa première année comme maire, M. Aubin promet davantage de transparence aux Trifluviens. Il souhaite notamment redonner accès aux journalistes aux séances de travail du conseil municipal, une pratique qui s’est déjà faite dans le passé, rappelle-t-il.

«Les journalistes vont être admis et vont pouvoir assister à tous les échanges, sauf les rares cas de huis clos. Parce qu’on va se le dire, dans le fond, les vraies discussions, c’est là qu’elles se passent et les gens ne le voient pas», souligne M. Aubin.

Le conseiller de Marie-de-l’Incarnation compte également trouver un moyen de diffuser publiquement les séances du conseil municipal, possiblement sur Internet. Il promet également de donner davantage de pouvoir aux conseillers municipaux.

« Il peut par exemple y avoir un petit budget participatif qui permet de décider localement, par district, ce qu’on priorise. Ce serait aux conseillers et conseillères de travailler ça avec leurs citoyens », illustre M. Aubin.

Les hostilités sont lancées

Tout en souhaitant que la campagne électorale qui s’amorce porte « sur les idées » plutôt que sur les attaques personnelles, M. Aubin ne s’est pas privé de s’en prendre à son principal adversaire, Yves Lévesque, qui brigue un cinquième mandat à l’hôtel de ville.

« Je dis quelque chose à M. Lévesque ce soir : ne faites pas de cachettes. C’est le temps de dire votre contenu, ce que vous allez faire dans les quatre années qui viendront », a-t-il demandé, l’accusant par le fait même de subir « l’usure du pouvoir ».

Radio-Canada révélait récemment que deux autres scénarios pour l’agrandissement du Colisée de Trois-Rivières avaient été cachés aux conseillers municipaux au profit d’un troisième, plus coûteux, visant à construire un nouvel édifice au coût de 56 millions de dollars. M. Aubin avait alors accusé le maire Lévesque d’avoir volontairement caché ces alternatives aux conseillers, qui avaient accepté la seule option sur la table.

Aubin veut un débat

Le conseiller du district de Marie-de-l’Incarnation invite d’ailleurs son principal adversaire à prendre part à un débat entre candidats, une pratique à laquelle M. Lévesque ne semblait pas intéressé à participer, avant de « menacer » de le faire, en juillet dernier, sur les ondes du 106,9.

« Quand on parle un à la fois, il n’y a personne pour nous contredire. Quand on fait un débat, si l’un dit de quoi, l’autre peut répliquer, parce qu’il connaît le dossier. C’est ce qui peut permettre d’éclairer davantage le choix des citoyens », a-t-il soutenu.

Outre le gel des taxes, la transparence et le développement de l’entrepreneuriat, M. Aubin souhaite miser sur le développement des pistes cyclables de Trois-Rivières et améliorer la qualité du transport en commun.

En plus d’Yves Lévesque et de Jean-François Aubin, l’ancien commissaire industriel chez Innovation et développement économique de Trois-Rivières (IDÉ), André Bertrand, a également annoncé début septembre son intention de participer à la course à la mairie de Trois-Rivières. Les élections auront lieu le 5 novembre prochain.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de