Une impasse financière retarde la vente des Lions de Trois-Rivières

Un imbroglio entre Deacon Sports & Entertainment (DSE) et Leal Sports Entertainment (LSE) semble être au cœur des retards dans la transaction visant les Lions de Trois-Rivières.

Dans un premier temps, la Ville de Trois-Rivières a été informée mercredi (17 janvier) en début d’après-midi que la transaction était retardée, car la Caisse de dépôt et de Placement du Québec (CDPQ), étant actionnaire minoritaire de l’entreprise Fix Auto qui a des liens avec LSE, aurait refusé de donner son accord pour l’achat des Lions de Trois-Rivières et des Growlers de Terre-Neuve par Leal Sports Entertainement. Toutefois, la CDPQ nie avoir été sollicitée dans cette transaction.

« L’information qu’on avait reçue indiquait qu’il y avait une problématique dans la gouvernance financière pour la transaction, ce qui empêchait la ligue ECHL de l’avaliser. La situation est venue perturber le calendrier d’acquisition des Lions et des Growlers, explique le directeur général de la Ville de Trois-Rivières, François Vaillancourt. On a appris que ce qui était imputé à la Caisse de dépôt ne s’est pas avéré. La ligue a été mise au courant de cette révélation. On veut que le rachat puisse être fait le plus tôt possible. L’acquéreur est au courant de l’ampleur de l’acquisition et est encore intéressé. Une réunion des gouverneurs de la ECHL sera convoquée quand l’impasse financière sera réglée. »

On se souviendra qu’en octobre 2023, la Ville de Trois-Rivières avait autorisé la cession du bail à LSE sous certaines conditions, dont l’acquittement des créances par l’occupant actuel du Colisée Vidéotron, Deacon Sports & Entertainment. Une entente était survenue entre les deux parties, faisant en sorte que la Ville a reçu un premier versement de 100 000$.

Il est prévu que la balance, soit environ 400 000$, soit transférée au moment de la vente. À cela s’ajouteront le coût du loyer de l’année en cours qui s’élève à environ 400 000$, de sorte, qu’au net, la créance sera de 900 000$.

La Ville conserve également une lettre de garantie bancaire qui protège sa créance pour les loyers annuel jusqu’à la hauteur de 650 000$. Le directeur général de la Ville entend veiller au meilleur intérêt de la Ville et des citoyens dans ce dossier.

« On ne sait pas d’où vient cet imbroglio puisqu’on est en marge des discussions. L’utilisation ne la lettre de garantie bancaire sera la dernière étape envisagée, précise M. Vaillancourt qui dit demeurer positif. J’ai été en contact avec l’acquéreur à plusieurs reprises et je n’ai pas de raison de croire que la transaction n’ira pas de l’avant. »

En vertu du bail qui doit lui être cédé, Leal Sports Entertainment prendra en charge l’ensemble des activités des Lions de Trois-Rivières, ainsi que l’exploitation du Colisée Vidéotron. Cela inclut le service alimentaire et la billetterie. Comme il s’agit d’une cession de bail, LSE s’engage à assumer les obligations contractuelles sur bail jusqu’à son échéance en 2026.

Le commissaire de la ECHL a donné un ultimatum au 2 avril 2024 afin que la transaction soit conclue.

« On souhaite une résolution vite pour pouvoir se concentrer sur le volet sportif. On assurer la pérennité de la saison de hockey des Lions. Les Lions sont un actif sportif précieux », conclut M. Vaillancourt.