Aide de 1,3 M$ pour Solucan

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Aide de 1,3 M$ pour Solucan
Photo Jonathan Cossette - Hebdo Journal

Pour soutenir le démarrage de l’entreprise Solucan, spécialisée dans l’impression numérique de canettes, le gouvernement du Québec a accordé une aide financière remboursable totalisant 1 340 713$, tandis que le gouvernement du Canada a versé une contribution remboursable de 500 000$.

Le projet total est évalué à 4 094 891$. «Aujourd’hui, on confirme cette aide financière de plus de 1,3 M$ attribuée au nom du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly», a confié le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre responsable de la région de la Mauricie et député provincial de Trois-Rivières, Jean Boulet. «785 713$ proviennent du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, tandis que 555 000$ sont issus des fonds propres d’Investissement Québec.»

«Solucan, c’est un projet qui a du potentiel et qui va faire rayonner la Mauricie partout ailleurs. Solucan a pu procéder à l’acquisition des équipements nécessaires en vue de mettre en place une chaîne de production pour l’impression numérique de canettes. Avec cet investissement, qui lui permettra de mieux répondre aux besoins variés de sa clientèle, Solucan deviendra un partenaire de choix pour les solutions novatrices d’emballage.»

L’entreprise vise, en premier lieu, le marché des microbrasseries québécoises, suivi de celui des microbrasseries canadiennes. Elle envisage également d’offrir aux grandes brasseries l’impression de canettes promotionnelles lors de festivals et événements pour lesquels elles agiraient à titre de partenaires, par exemple.

«Le lancement de Solucan est une très bonne nouvelle pour la Mauricie», a pour sa part indiqué Anthony Housefather, député de Mont-Royal et secrétaire parlementaire de la ministre du Travail. «En plus d’offrir à ses clients des solutions innovantes, économiques et qui respectent les normes de recyclage présentement en vigueur, l’entreprise créera des emplois de qualité ici, à Trois-Rivières. Je salue le travail de monsieur Baril et de son équipe!»

«Merci d’être là! Depuis quatre ans qu’on travaille à démarrer Solucan. On vient jouer le rôle du chien dans un jeu de quilles parce que principalement, ce sont les grosses corporations qui fabriquent des canettes. Nos procédés sont full safe, sans l’utilisation de plastique. On offre un produit totalement conforme», a ajouté Sébastien Baril, président de Solucan.

En rappel: la révolution de Solucan

Il est présentement difficile pour les microbrasseries et autres petits joueurs ayant besoin de canettes d’aluminium à l’image d’un de leurs produits de s’en procurer puisque les grands fabricants obligent des quantités minimales énormes pour leurs besoins. C’est là qu’intervient Solucan qui entend révolutionner le marché.

Toute nouvelle entreprise sur le territoire trifluvien, Solucan se veut la première entreprise en Amérique du Nord à offrir une solution complète d’impression numérique à l’industrie des boissons en canettes, à la différence que les quantités peuvent être flexibles. Dans une certaine mesure, toutes les canettes d’une même ligne de production pourraient avoir une image différente.

«Les grands fabricants impriment 2200 canettes par minute. La quantité minimum requise pour une commande représente un chargement de camion, soit environ 225 000 canettes. Les canettes imprimées ne sont pas accessibles aux petits joueurs. Par exemple, un microbrasseur en région n’a possiblement pas besoin de 225 000 canettes à l’image d’une seule de ses bières», explique Sébastien Baril, président de Solucan.

«En réaction, le marché se tourne de plus en plus vers les manchons thermorétractables, ces manchons faits de plastique, sur lesquels on retrouve l’image désirée, qui sont apposés sur les canettes. Le problème, c’est que c’est manchons ne sont pas conformes à l’entente de recyclabilité avec Recyc-Québec, ajoute-t-il. Ça vient compliquer les opérations de recyclage. C’est toléré en ce moment, mais on gagne à arriver avec une nouvelle solution. La nôtre est entièrement recyclable.»

Sébastien Baril et Jean-François Gaudreault, directeur général de Solucan, ont été exposés à toutes sortes d’emballages différents durant leur carrière respective. Il y a six ou sept ans, ils ont réellement constaté le besoin d’imprimer de plus petits volumes de canettes.

Cependant, il n’y avait pas encore de technologie disponible sur le marché pour permettre une impression personnalisable à l’extrême sur des canettes en aluminium. Ils ont donc fait appel à la compagnie ToneJet pour concevoir une machine qui le permettrait.

«On travaille depuis quatre ans à lancer le tout. La machine Cyclone de ToneJet est la première au monde avec cette technologie.»

«On n’oblige aucune quantité minimum. On peut imprimer sur 25 canettes comme sur un très gros volume. On s’attaque au marché dont les grands fabricants ne veulent pas. Sans l’essor des microbrasseries, on n’aurait peut-être pas eu cette idée», souligne M. Baril.

La ligne de production est presque entièrement automatisée. Les canettes d’aluminium, déjà entreposées dans les locaux de l’entreprise, sont déposées sur un dépaletteur qui place le tour sur un convoyeur. La machine prend en photo chacune des canettes pour s’assurer qu’elle soit parfaitement ronde et que ses côtés soient droits.

Les canettes sont ensuite lavées et un apprêt est appliqué tout juste avant l’impression à partir d’un fichier numérique. Elles passent suite à l’étape du vernis et à la cuisson pour que l’encre soit bien fixée. On s’assure que l’image imprimée soit conforme au fichier original et les canettes retournent ensuite se faire replacer sur des palettes. Le trajet prend environ huit minutes, ce qui permet de traiter une canette par seconde.

Solucan prévoit faire sa première livraison de canettes avant Noël.

De Montréal à Trois-Rivières

Originalement, Sébastien Baril avait en tête d’installer Solucan du côté de Montréal. Si l’entreprise s’est finalement établie à Trois-Rivières, c’est grâce au dynamisme d’Innovation et Développement économique (IDÉ) Trois-Rivières et au financement du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

«Le Fonds de diversification a pesé lourd dans la balance, mais on a vite reçu un très bel accueil dans la région. Il y avait un beau dynamisme de la part des gens de Trois-Rivières et je dois dire que je ne m’attendais pas à parler à des banques en mode solution à ce point! On n’a pas ressenti ce même intérêt à Montréal», précise celui qui a finalement déménagé à Trois-Rivières en juin dernier.

IDÉ Trois-Rivières a aussi attribué un soutien financier de 100 000$ via le Fonds local de solidarité et le Fonds local d’investissement.

Vers une deuxième ligne de production

Bien que la production n’ait pas encore officiellement débuté au moment de l’entrevue, le président de Solucan, Sébastien Baril, se réjouissait de l’engouement suscité autour de leur entreprise.

«Quand on a eu l’idée de ce projet il y a quatre ans, on a posé la question au marché. C’était déjà positif et là, les gens savent qu’on arrive, même que certains commencent à trouver ça long! On a aussi pris part au Salon des microbrasseries du Québec et à celui du Conseil de la transformation alimentaire du Québec. On a déjà une belle réponse», souligne-t-il.

Plusieurs potentiels clients des États-Unis ont également commencé à contacter l’équipe de Solucan.

«On reçoit aussi des appels de la côte ouest canadienne. On a même parlé à des gens de la Californie qui ont montré un intérêt», précise-t-il.

Par ailleurs, ToneJet, qui a conçu la machine servant à faire l’impression, a gagné un prix pour la création de cette technologie.

Solucan débute à peine ses activités que Sébastien Baril et Jean-François Gaudreault ont des projets pour accroître, à court terme, la production de l’entreprise.

«On pourrait déjà produire environ 30 millions de canettes par année. Pour l’instant, on vise près de 18 millions de canettes annuellement pour une ligne de production. L’objectif à court terme, d’ici environ 18 mois, est d’installer une deuxième ligne de production», annonce M. Baril.

En ce moment, l’entreprise offre l’impression sur des canettes de 355 ml seulement. Solucan prévoit toutefois ajouter l’option de la canette de 473 ml vers le mois de juin. Chaque ligne de production sera ultimement consacrée à un seul format de canette. «Il y a beaucoup de demandes vers la canette en raison des efforts pour diminuer ou éliminer les bouteilles de plastique un peu partout. On voit de la demande pour des canettes d’eau gazéifiée, par exemple», indique Sébastien Baril.

Avec les deux lignes de production bien en place vers la fin 2020, l’entreprise devrait compter entre 10 et 12 employés.

-Avec la collaboration de Marie-Ève Alarie

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de