i-Lab au CECi: des outils technologiques pour faciliter l’organisation d’événements

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
i-Lab au CECi: des outils technologiques pour faciliter l’organisation d’événements
La réalité virtuelle s’invite au CECi dans le cadre des travaux du i-Lab (Photo : Marie-Eve Alarie)

Ces derniers mois, les équipes du DigiHub, du Centre d’événements et de congrès interactifs (CECi) et de l’Hôtel Delta par Marriott à Trois-Rivières ont mis à l’essai plusieurs prototypes élaborés par des entreprises du DigiHub afin de bonifier l’expérience des congressistes au CECi.

Les nouvelles fonctions développées dans le cadre du i-Lab ont pour but de permettre de mieux organiser des événements. Dans les derniers mois, les congressistes et organisateurs d’événements ont notamment pu exploiter une nouvelle fonction i-SLIDE permettait d’interagir avec l’audience dans les présentations et d’afficher leurs réponses et votes instantanément.

À l’occasion du Colloque Métallurgie intelligente, qui se déroule dans les prochains jours, le i-MAP permettra de faire une visite virtuelle et augmentée du Centre de métallurgie du Québec. Cette innovation a été réalisée par Maps360 avec l’utilisation dynamique de la technologie Street View de Google.

Les congressistes pourront aussi se plonger virtuellement dans le passé grâce aux images en réalité virtuelle du monastère des Ursulines de Trois-Rivières réalisées pour le projet 1699-2018 : l’histoire d’une vie.

«Nous réussissons à faire vivre l’interactivité comme aucun autre centre de congrès», fait remarque Yves Beaudoin, président de IDEA Simplifico qui est au cœur du processus créatif.

Le mois de novembre permettra également de tester le Brise-Glace, une application visant à favoriser les maillages entre les congressistes, ce qui se voudra une nouvelle façon de faire du réseautage 2.0.

«On a constaté que les prototypes étaient adoptés par les congressistes. Le fait de pouvoir les tester en milieu réel est un plus pour la recherche et développement pour adapter les prototypes et avoir une rétroaction des personnes qui les utilisaient», soutient Claudine Drolet, chargée de projets en patrimoine et muséologie numérique et coordonnatrice du projet de i-Lab.

Depuis le début du i-Lab il y a un peu plus d’un an, les partenaires ont beaucoup travaillé sur des innovations en lien avec le maillage avec le milieu touristique régional. «On veut aussi que les gens reviennent. C’est le défi: la rétention de la clientèle et faire en sorte de prolonger leur séjour.  On souhaite voir comment arrimer ça au niveau de la communauté et tisser les liens. C’est en ce sens qu’on veut travailler dans les prochains mois», ajoute Mme Drolet.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de