Guy Marchamps et la poésie pour enfants

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Guy Marchamps et la poésie pour enfants
Guy Marchamps (Photo : Stéphanie Paradis)

Après près de huit ans sans nouveauté en librairie pour Guy Marchamps, le poète trifluvien propose ce qu’il confie être son plus beau livre pour enfant: Le Rhinoféroce, le Cocodile et leurs amis.

Magnifiquement illustré par Caroline Merola, ce nouveau recueil de poésie propose des jeux de mots avec des noms d’animaux accompagnés de leur définition « un peu spéciale », comme le qualifie Guy Marchamps. En effet, comment ne pourraient pas être loufoques les activités d’un Garsrille, d’un Cerfpent ou d’une Belettre?

« L’important, c’est de faire travailler l’imaginaire. On a tendance à séparer l’imaginaire de la réalité. Je pense plutôt que l’imaginaire fait partie de notre réalité et ce n’est pas quelque chose qu’on doit mettre à côté. L’imaginaire n’est pas que pour les rêveurs. La preuve, on a inventé la motoneige, la table, etc. On est allé sur la lune, il a fallu y rêver longtemps avant d’y aller», explique l’auteur.

« Ce que je dis aux enfants: pensez à tout ce que vous voyez autour de vous. Tout a été imaginé avant d’être créé. Rien n’existe sans l’imagination. »

Guy Marchamps, également auteur pour adultes, explique qu’on ne traite pas le poème de la même façon lorsque notre public est enfant. Lorsqu’il écrit pour les jeunes, il tente de se mettre dans la tête de l’enfant, dans son questionnement.

« Je pense à moi quand j’étais petit. Qu’est-ce qui m’éblouissait? Qu’est-ce que je trouvais drôle? Qu’est-ce qui m’impressionnait? Si c’est le Guy adulte qui écrit des poèmes, ce ne sera pas drôle, ça va être plate ou moralisateur! », ricane-t-il.

Coup de foudre pour la poésie

À l’âge de 16 ans, Guy Marchamps est tombé amoureux de la poésie alors qu’il fouinait à la bibliothèque. « Ça a été comme un coup de foudre de m’apercevoir qu’on pouvait écrire de beaux textes comme ça avec un langage particulier. J’ai eu envie de faire pareil », avoue-t-il.

Puis, dans son parcours professionnel, le poète a eu envie de faire découvrir la poésie aux enfants, et la meilleure façon était d’écrire des livres de poésie pour eux. Le Rhinoféroce, le Cocodile et leurs amis est d’ailleurs sa 7e œuvre de poésie pour les jeunes.

En plus de partager avec eux par le biais de ses écrits, M. Marchamps est également invité à l’occasion dans les écoles primaires pour aider les élèves à se familiariser avec ce type d’écriture.

« Ce que j’essaie de leur montrer, c’est qu’on peut avoir du plaisir avec les mots. Les jeunes apprennent avec le jeu, donc je leur montre qu’on peut jouer avec les mots pour que l’écriture ne devienne pas quelque chose d’ennuyant ou d’ardu », explique Guy Marchamps.

« Quand on enchaine des mots, ça fait de la musique, et les jeunes sont très sensibles à ça. Quand on est jeune, on fait tous des rimettes, et on trouve ça drôle! Instinctivement, on aime la musique que ça fait dans notre oreille. Mon but c’est de leur faire découvrir ce plaisir que moi aussi j’ai, et j’espère qu’eux vont avoir du plaisir avec mes livres», ajoute-t-il.

Le poète présente également aux jeunes la poésie comme étant un exutoire pour les émotions négatives, comme la colère ou la tristesse.

Écrire pour le plaisir

Avant Le Rhinoféroce, le Cocodile et leurs amis, la dernière publication de Guy Marchamps remontait à 2012. Pourquoi cette pause? « Je ne veux pas forcer la chose ou dire qu’il faut que j’écrive absolument parce que je suis un poète. Je laisse aller les choses un peu. Je ne veux pas que ce soit forcé, parce que moi aussi je dois avoir du plaisir», indique-t-il.

Guy Marchamps a déjà deux autres œuvres en cours d’écriture, une pour adulte et une pour enfant, mais il ne se donne pas d’échéancier pour leur parution. Celui pour enfant devrait avoir comme thème la nature, alors que celui pour adulte lui a été inspiré par deux voyages, soit à Kamouraska et aux Iles-de-la-Madeleine.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de