Frédéric Dion se prépare pour la plus grande aventure de sa vie

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Frédéric Dion se prépare pour la plus grande aventure de sa vie
L'aventurier Frédéric Dion. (Photo : courtoisie)

NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL L’aventurier montcarmelois Frédéric Dion veut être la première personne au monde à atteindre le centre de chaque continent de façon sportive. En 2014, il a atteint le centre de l’Antarctique en skis tractés par un cerf-volant. Il veut maintenant s’attaquer aux six autres continents. Une aventure qui s’échelonnera sur 10 ans et qui débutera en novembre prochain avec l’Amérique du Sud.

Il s’agit de son plus grand défi jusqu’à présent, lui qui a vécu plus de 50 expéditions au cours des 16 dernières années. «Ces expériences m’ont mené à imaginer cet extraordinaire projet. Je me sens au meilleur de ma forme et de mes compétences pour relever ce défi», confie-t-il.

Les centres des continents sont des lieux aussi connus sous l’appellation anglaise « pole of inaccessibility ». Chaque pôle sera conquis de façon sportive selon le terrain à franchir. Tous les modes de déplacements sont envisageables : vélo, chameau, course, kayak, packraft, kitesurf, etc.

Après le pôle de l’Amérique du Sud au Brésil, Frédéric Dion atteindra le pôle de l’Australie près de Haasts Bluff en 2021, le pôle d’Asie au nord-ouest de la Chine en 2023, le pôle d’Afrique près de la ville d’Obo en 2025, le pôle de l’Amérique du Nord dans le Dakota du Sud en 2027 et le pôle d’Europe en 2029.

«Ça représente entre un et quatre mois d’aventure par continent, indique M. Dion. Chaque parcours implique une distance variant entre 1 000 et 4 000 kilomètres. C’est très créatif et très varié comme projet. Je vais explorer les territoires les plus sauvages comme le désert et la jungle. Ça vient chercher mes grandes forces en tant qu’aventurier. C’est aussi un très gros projet, alors j’ai décidé de me lancer et un pas à la fois.»

Au bout de ses rêves

Et question de bien se préparer à ce qui l’attend, l’aventurier réalise une expédition de repérage un an avant son arrivée sur le continent visé. Selon lui, le plus grand danger auquel il fera face est le climat géopolitique des pays qu’il traversera.

En décembre dernier, il a donc effectué son expédition de repérage au Chili et en Bolivie en vue de son départ pour l’Amérique du Sud en novembre prochain. «J’ai pris des images, des relevés et des contacts pour planifier l’expédition, pour qu’elle soit le plus sécuritaire possible», mentionne-t-il.

Ce pôle représente un grand défi puisqu’il implique notamment de traverser le plus grand désert de sel au monde en Bolivie, en plus de franchir les Andes à plus de 4 700 mètres d’altitude.

«Ce que je veux tirer de ces périples-là, c’est de vraiment vivre le moment présent, l’intensité de chaque instant. Je vais voir les plus beaux paysages sur Terre. Pour moi, c’est aussi la liberté d’aller au bout de mes rêves», conclut le Montcarmelois.

Pour suivre le projet : www.fredericdion.com.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de