Fouquet Morel : le coup de cœur de Michel Proulx et Marylène Lemire

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Fouquet Morel : le coup de cœur de Michel Proulx et Marylène Lemire
Marylène Lemire et Michel Proulx, propriétaire de l’épicerie fine Fouquet Morel. (Photo : Audrey Leblanc)

Ils étaient à la recherche d’un projet entrepreneurial quand, en janvier 2011, Michel Proulx et Marylène Lemire ont trouvé leur perle rare : l’épicerie fine Fouquet Morel. Ils avaient entendu dire entre les branches que les propriétaires de l’époque songeaient à vendre le commerce. Après plusieurs démarches et discussions, les clés de l’entreprise leur étaient remises en juin 2013. Six ans plus tard, l’entreprise compte 16 employés de plus et aura bientôt une nouvelle cuisine centrale.

«Marylène est comptable de formation et j’ai étudié en administration. J’ai travaillé dans plusieurs domaines comme l’informatique et l’immobilier, mais je voulais depuis longtemps avoir mon entreprise», raconte M. Proulx.

«On vient tous les deux de Trois-Rivières et c’était bien important pour nous de rester dans notre ville, renchérit Mme Lemire. On était à l’affût des opportunités d’affaires depuis quelque temps quand on a visité l’épicerie. On est tout de suite tombé en amour avec l’endroit et les valeurs familiales de l’entreprise. Le hasard a bien fait les choses parce que Michel a grandi dans la maison située derrière le commerce.»

N’étant pas du domaine de l’alimentation ni un ni l’autre, le plus gros défi du couple a été d’apprendre tous les rouages de cette entreprise fondée en 1986.

«Ce sont les employés qui nous ont tout montré. Ils ont été nos piliers.»

«Tout était à apprendre, des opérations les plus complexes aux plus simples. Juste l’emballage d’une tarte, je n’avais jamais fait ça de ma vie. J’étais devenu le dirigeant de l’entreprise qui ne savait pas emballer une tarte», mentionne en riant M. Proulx.

Soutenu par l’équipe en place et les anciens propriétaires, le couple a fait ses classes. «Ce sont les employés qui nous ont tout montré. Ils ont été nos piliers, soutient Mme Lemire. Maintenant, on est capable de les aider à notre tour. On a ici un respect mutuel et une ambiance de travail comme on en voit peu.»

«Après six ans, quand je regarde le chemin parcouru, je me sens très choyée d’avoir cette belle équipe solide et que la clientèle ait suivi, ajoute cette dernière. On a apporté à l’entreprise nos couleurs et je trouve qu’on a été chanceux que nos clients adhèrent à ça et continuent de nous choisir.»

Nouvelle cuisine

Au cours de la prochaine année, Fouquet Morel aménagera une nouvelle cuisine centrale où la majorité des plats et produits seront préparés. «Présentement, on a trois places de production. Avec la nouvelle cuisine, nos employés travailleront à deux endroits au lieu de trois, soit dans la nouvelle bâtisse et dans la cuisine qu’on a sur place à l’épicerie», explique M. Proulx.

Le bâtiment est déjà acheté et les travaux débuteront prochainement. Mentionnons en terminant que l’entreprise embauche 53 personnes. Certains employés y sont même depuis le tout début et quelques-uns d’entre eux y travaillent depuis 15 ans et plus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de