Faire le tour du monde… à Trois-Rivières!

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Faire le tour du monde… à Trois-Rivières!
Élizabeth Fugère, fondatrice et propriétaire de Solia Yoga. (Photo : Audrey Leblanc)

YOGA. Il y a trois ans, Élizabeth Fugère a fondé Solia Yoga, un centre de yoga et de mise en forme teinté de ses nombreux voyages à travers le monde. Depuis la rue Girard à Trois-Rivières, elle offre des cours dans un décor inspiré tantôt du Maroc, tantôt de Bali… et même d’Hawaï.

«J’ai beaucoup voyagé et je veux que les gens le ressentent ici, explique la jeune femme d’affaires. Je veux qu’ils entrent en laissant leurs problèmes et leurs préoccupations de côté et que, pendant une heure, ils se permettent de voyager.»

Sa passion l’a menée aux quatre coins du globe. L’an dernier, elle a fait treize voyages pendant lesquels elle a assisté à des formations et dirigé des retraites. «Ça me fait grandir et découvrir de nouvelles cultures. Ça fait partie de moi et c’est pour ça que j’essaie de transposer l’ambiance et l’énergie de mes voyages dans mon entreprise», mentionne-t-elle.

Au-delà de la décoration, Solia Yoga, c’est aussi un endroit où sont mises de l’avant les valeurs d’entraide, de tolérance, de compassion et d’ouverture sur le monde. «J’essaie de rendre l’entrepreneuriat plus humanitaire, de sortir du cadre, précise-t-elle. Oui, j’ai de la comptabilité à faire quand même, mais l’un n’empêche pas l’autre.»

Adepte de yoga depuis plus de quinze ans, Élizabeth Fugère devait se rendre à Montréal trois fois par semaine pour pratiquer son sport. C’est de là qu’est née l’idée d’ouvrir son centre. «Le monde des affaires, ce n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je m’occupais avant de l’entreprise familiale avec mon père. Ça faisait longtemps que je voulais mon entreprise. Je me suis toujours dit que je l’aurais à 30 ans», raconte-t-elle.

Son rêve s’est même réalisé un peu plus tôt. Elle n’avait que 28 ans quand elle a fondé Solia Yoga. Elle travaille maintenant entourée de ses amies au sein d’une équipe de quatorze personnes.

Chasser le stress

En tant qu’entrepreneure, le yoga lui permet d’atteindre un équilibre et de se recentrer. «On stresse souvent pour des choses à venir alors qu’on ne connait pas le futur. C’est aussi pour moi une façon de lâcher prise en entrepreneuriat. C’est difficile d’être en affaires, mais le yoga m’aide à me détendre. Je veux offrir aux autres la tranquillité d’esprit que j’ai même si je suis en affaires.»

«Je voulais aussi démystifier le yoga et montrer ce que c’est réellement aux gens qui ont beaucoup de préjugés envers ça, ajoute cette dernière. Quand j’ai commencé Solia Yoga, c’était pour aller chercher cette clientèle-là, ceux qui pensaient que le yoga n’est pas accessible à tous. Pas besoin d’être flexible ou de sentir le patchouli pour en faire.»

Elle remarque même que de plus en plus d’hommes participent aux cours. Ils représentent de 5 à 10 % des clients, selon les classes.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de