Éric Lord veut une nouvelle ère… et un nouvel air

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Éric Lord veut une nouvelle ère… et un nouvel air
Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord, a présenté les trois premières mesures de son plan de transition écologique pour améliorer la qualité de l’air. Photo Jonathan Cossette

Vous l’avez sûrement constaté à même ses pancartes électorales, le candidat à la mairie Éric Lord a choisi «Une nouvelle ère pour Trois-Rivières» à titre de slogan. Aujourd’hui, c’est «un nouvel air» pour Trois-Rivières qu’il a prôné en présentant les premières mesures de son plan de transition écologique pour améliorer la qualité de l’air à Trois-Rivières.

«Ce n’est un secret pour personne, les scientifiques de partout dans le monde nous le rappellent et les jeunes de Trois-Rivières l’ont crié haut et fort le 15 mars dernier, nous devons collectivement nous engager de manière sérieuse vers une transition écologique et diminuer de manière significative nos gaz à effet de serre», a-t-il laissé tomber d’entrée de jeu. «Devant l’urgence climatique, nous devons faire des choix de société et contribuer localement à l’effort mondial pour assurer un avenir à l’humanité.»

«Nous pouvons aussi agir sur le front de la qualité de l’air en diminuant les émissions des autres polluants affectant la santé de la population. Cette réalité est vraie et surtout pour Trois-Rivières, car selon l’Organisation mondiale de la santé, Trois-Rivières est identifiée comme la ville la plus polluée au Québec et elle se classe quatrième au Canada en raison de la qualité de l’air qu’on y retrouve.»

Le candidat à la mairie a présenté les trois premières mesures de son plan de transition écologique pour améliorer la qualité de l’air à Trois-Rivières. Dans un premier temps, il entend remplacer les systèmes de chauffage au mazout, ainsi que les poêles à bois.

«On va offrir aux gens de convertir les systèmes de chauffage au mazout vers des énergies renouvelables, une mesure qui s’appuie sur le programme Chauffer vert du Gouvernement du Québec. On va soutenir les familles en proposant une contribution moyenne de 1000$ par habitation, pour un montant totalisant 500 000$ qui vise la transformation de systèmes de chauffage de 500 résidences sur une période de deux ans», explique-t-il.

«Nous allons aussi mettre en place une mesure pour les citoyens qui souhaiteront remplacer leur vieux poêle à bois ou leur fournaise afin de les remplacer par un système de chauffage écoresponsable, certifié EPA, pour diminuer l’émission des particules fines par la combustion du bois. Encore là, on va soutenir les familles en proposant une contribution moyenne de 500$ par maison pour le remplacement des poêles de 500 résidences, aussi sur deux ans. Vous savez que ces particules fines sont des sources importantes des smogs hivernaux.»

Considérant que les arbres et la végétation jouent un rôle déterminant dans la qualité de l’air, il a indiqué qu’il est essentiel de mettre en place des mesures pour favoriser la plantation d’arbres et l’augmentation des espaces verts.

«Pour les citoyens, nous allons mettre en œuvre un programme de soutien pour la plantation d’arbres à raison de 50$ par arbre jusqu’à concurrence de 10 arbres, selon certaines conditions. Lors de développement domiciliaire, on va adopter une réglementation pour maximiser la préservation des arbres déjà en place et augmenter le pourcentage d’espaces verts. On va aussi mettre en œuvre un programme de plantation d’arbres sur les terrains municipaux», lance-t-il.

«Dans un deuxième temps, on va lutter contre les îlots de chaleur en augmentant le couvert végétal des aires de stationnement. Alors lorsque nous aménagerons de nouveau stationnements, on va s’assurer qu’il y ait assez d’espaces verts pour diminuer ces îlots de chaleur-là. On va aussi favoriser le déploiement de ruelles vertes et de toits verts en réservant un budget global de 250 000$ pour cette mesure.»

Transport en commun et piste cyclable

Comme troisième mesure environnementale, monsieur Lord voudrait diminuer les impacts du transport sur la qualité de l’air.

«Il va falloir accompagner la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) pour améliorer la performance, l’efficience et l’accessibilité pour augmenter l’utilisation du transport en commun. Nous allons ensuite remplacer, progressivement bien sûr, le matériel roulant de la ville par des véhicules électriques. Je vous assure que moi-même, si je suis élu maire de Trois-Rivières, roulerai en voiture électrique.»

«Nous allons également mettre en place des conditions pour favoriser le transport actif, soit par l’amélioration du réseau cyclable permettant aux citoyens de se rendre au travail, et par une meilleure cohabitation des usagers pour les marcheurs, les cyclistes et les automobiles.»

Sachez que ce dernier souhait serait réalisé dans le cadre budgétaire de la ville. Monsieur Lord entend aussi mieux comprendre pourquoi Trois-Rivières se veut la quatrième ville la plus polluée au Canada, alors il propose de travailler avec des scientifiques pour comprendre ce phénomène et pour trouver des pistes d’actions à prendre pour améliorer la qualité de l’air.

«Je veux une nouvelle ère pour Trois-Rivières, et maintenant, je veux un nouvel air pour Trois-Rivières», a-t-il conclu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
trackback

[…] Éric Lord veut une nouvelle ère… et un nouvel air Vous l’avez sûrement constaté à même ses pancartes électorales, le candidat à la mairie Éri… […]