Éléonore Provencher au Championnat du monde

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Éléonore Provencher au Championnat du monde
Éléonore Provencher a gravi les échelons de karaté assez rapidement, elle qui détient maintenant sa ceinture jaune. Photo courtoisie

Éléonore Provencher n’est âgée que de 9 ans. Sa passion pour le karaté est indéniable, tout comme son talent. Un talent qui l’a d’ailleurs conduit à Bregenz, en Autriche. En effet, la jeune athlète a participé au Championnat du monde de karaté.

«Je pense à combien ça me permet de m’améliorer», a-t-elle lancé, visiblement très excitée. «J’avais hâte de me battre avec des athlètes que je ne connais pas, des athlètes des autres pays.»

C’est avec sa famille qu’Éléonore s’est présentée en Autriche pour y vivre une expérience inoubliable, sans l’ombre d’un doute.

«Elle se battait dans la catégorie des 12 ans et moins, chez les moins de 25 kilos. Ce n’est pas un problème puisqu’elle avait déjà affronté des 12 ans par le passé et elle s’entraîne avec des 11 ans et 12 ans au club», explique Anthony Gadoury, président et directeur du Centre SAGA | Arts martiaux & mise en forme, à Trois-Rivières.

La Trifluvienne a commencé sa carrière de karaté alors qu’elle était en maternelle. Aujourd’hui, elle est en troisième année du primaire.

«Ce que j’aime dans les combats, c’est lorsque je me bats contre des ceintures plus hautes. Ça me permet d’apprendre plus de techniques et de m’améliorer. Dans le karaté traditionnel, j’aime vraiment faire des katas», confie la ceinture jaune.

Éléonore a offert de bonnes performances au Championnat canadien en mai dernier, ce qui lui a ouvert la porte au Championnat du monde. Elle a participé à deux reprises au Québec Open, ce qui se veut être le plus gros tournoi du Canada. Du côté du Centre SAGA, qui est en opération depuis 7 ans, il s’agit d’une première.

«Nous sommes très surpris, mais très fiers en même temps. On est content que ce soit une jeune athlète de 9 ans qui réalise notre première», témoigne coach Gadoury.

«On avait envoyé cinq athlètes au Championnat canadien, mais on ne s’est jamais les résultats qu’ils auront. C’est aussi dur à prévoir, car les jeunes sont classés par catégorie de poids alors que dans l’année, ils se battent dans des catégories d’âge.»

Qui dit haut niveau dit beaucoup de préparations. La jeune Provencher n’allait pas arriver en Autriche sans une bonne préparation.

«On est vraiment fier d’elle. On s’est entraîné cinq fois par semaine pour bien se préparer et nous avons visité d’autres écoles de karaté. Nous sommes allés à la rencontre d’autres athlètes, notamment à Joliette», ajoute M. Gadoury.

«On a appris ce qu’il faut faire selon la situation qui se présente. On a travaillé différentes techniques et différentes stratégies. On a travaillé sur l’offensive, mais également sur la défensive. On a regardé ce qu’il faut faire lorsqu’on est en train de perdre un combat et ce qu’il faut faire lorsqu’on est en train de gagner un combat», conclut-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de