Du coeur à l’ouvrage!

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Du coeur à l’ouvrage!
Annie Aubry et quelques-uns des produits qu'elle conçoit. (Photo : Marie-Eve Alarie)

Annie Aubry n’aime pas rester assise à ne rien faire, mais une opération subie il y a quelques années lui a laissé des séquelles rendant difficile sa réintégration sur le marché du travail. Alors, pour continuer à travailler, mais à son rythme, elle a décidé de lancer son entreprise Les bulles à Annie.

Annie Aubry est née avec une malformation cardiaque. Elle a été opérée pour une première fois au cœur à l’âge de trois ans. Tout allait bien, jusqu’à ce qu’elle ait dû repasser sur la table d’opération il y a quelques années pour changer la valve métallique qu’on lui avait installée à l’enfance et pour installer un pacemaker.

À la suite de cette dernière opération, elle a remarqué qu’elle manquait de vitesse et qu’elle se fatiguait plus rapidement qu’une personne en santé.

«Une tâche qui me prendrait 40 heures de travail peut prendre 30 heures à une personne normale. C’est mon nouveau rythme. Il y a des employeurs qui n’aiment pas ça. Je faisais surtout des remplacements», raconte-t-elle.

C’est finalement après plus d’un an et demi de recherche qu’elle a commencé à produire du savon et des cosmétiques les plus naturels possible et qui ne contiennent ni titane ni aluminium. Elle produit notamment des savons pour le visage, une crème de corps, du shampoing, du déodorant et du chasse-moustique. Elle a ensuite ajouté des produits «zéro déchet», tels que des sacs à légumes, des sacs à sandwichs, tampons démaquillants et des mouchoirs réutilisables pour les enfants et les adultes.

«J’ai pris le temps de m’informer sur la bonne façon de faire les produits, leurs effets sur le corps, etc. Si mon entourage n’aime pas un produit, je le retravaille jusqu’à ce qu’il leur plaise. Je ne vends pas un produit que mes proches ne voudraient pas utiliser. Ce sont des produits faits avec amour. Je pense que c’est toute ma diversité de produits qui me permet de me démarquer», souligne Mme Aubry.

Elle a également suivi une formation en démarrage d’entreprise auprès de Fonds Mauricie. Elle a aussi obtenu du soutien du programme SPHERE Québec qui soutient l’accès à l’emploi aux personnes en situation de handicap professionnel, résultant d’une condition physique, mentale ou intellectuelle particulière.

«J’aime tout ce qui est fait à la main. J’ai toujours fait de l’artisanat et je suis fonceuse, lance l’entrepreneure. J’ai plein d’idées de développement. Par contre, je n’ai pas encore de gros budgets ou de fonds de roulement, alors c’est plus ardu d’avancer. J’opère encore une petite production.»

La Ruche

C’est justement pour l’aider à grossir son inventaire et à acquérir davantage d’équipements qu’Annie Aubry a lancé  une campagne de financement participatif via le site Internet de La Ruche Mauricie. Pour l’instant, elle s’est fixé un objectif de 1000$. Les gens sont invités à contribuer en échange d’une contrepartie.

Une partie du montant lui permettra également de tenir des kiosques dans des événements. Elle aura d’ailleurs un kiosque lors du Salon La vie après le cancer et devrait être de retour au Marché de Noël du Sanctuaire en décembre prochain.

«J’ai trouvé le bonheur dans mon travail. J’aimerais continuer de me diversifier aussi. C’est aussi dans mes projets d’avoir un point de dépôt chez Mon petit coin végane prochainement. Je recherche d’ailleurs des boîtes de style rustique pour les transformer en présentoirs», conclut-elle.

Il est possible de se procurer les produits des Bulles à Annie à partir de sa page Facebook.

Pour contribuer à la campagne de financement participatif des Bulles à Annie: https://laruchequebec.com/projet/les-bulles-annie-5042/

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
trackback

[…] Lire la suite sur L’Hebdo Journal […]

trackback

[…] Read more (French) : L’Hebdo Journal […]