Des histoires de famille au Théâtre des gens de la place

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Des histoires de famille au Théâtre des gens de la place

Pour sa 27e saison, le Théâtre des gens de la place (TGP) explore les thèmes de la famille et de ses dysfonctions à travers trois productions, trois coups de cœur de l’équipe, soit Le Chemin des Passes-Dangereuses de Michel Marc Bouchard, Mois d’août, Osage County de Tracy Letts et Phèdre de Racine.

«L’année dernière, la saison était axée sur les guerres de pouvoir. Cette saison, on avait envie de ramener ça aux familles. C’est universel tout en étant très personnel. C’est l’occasion d’aborder les dysfonctions, les liens complexes, les rapports de force dans un clan, les dits et les non-dits. On sent que tout le monde va se retrouver un peu dans les pièces, que ce soit à petite ou à grande échelle», explique Marie-Andrée Leduc, présidente du TGP.

Si le drame marque également cette saison, on fera place à un peu d’humour noir dans la pièce de décembre, Mois d’août, Osage County, mise en scène par Marc-André Dowd. On y retrouvera les membres d’une famille qui, réunis à la suite de la disparition de leur père, doivent composer, ou se recomposer, avec les secrets du passé.

«Il y a de belles scènes où on rit, mais on en ressort avec des questionnements. Dans le cas de cette pièce, on avait voulu la monter il y a quelques années, mais les droits n’étaient pas disponibles à l’époque. C’est pour un bien, finalement, car ça a permis de concevoir une saison qui porte un message. On assistera à une cérémonie des aveux cette année», note Mme Leduc.

C’est toutefois Le Chemin des Passes-Dangereuses de Michel Marc Bouchard qui ouvrira la saison en septembre. Mise en scène par Patrick Lacombe, qui fait un retour au TGP, la pièce met de l’avant trois frères qui se revoient à l’occasion du mariage du plus jeune d’entre eux et qui seront confrontés les uns aux autres à la suite d’un accident de la route. Cette relation fraternelle poussera sans doute le public à réfléchir sur la réconciliation et la parole, ainsi que sur cette difficulté à communiquer qui rend tout plus difficile.

Le retour du théâtre classique

Pour clore la saison, le Théâtre des gens de la place s’attaquera au classique Phèdre de Racine. Cela faisait d’ailleurs quelques années que le TGP n’avait pas présenté de théâtre classique et le défi sera de taille pour les acteurs qui devront composer avec un texte écrit en Alexandrins.

«Phèdre fait un peu peur, convient Marie-Andrée Leduc, qui fait également partie de l’équipe de mise en scène du spectacle aux côtés de Mylène Renaud et de Marie-Hélène Rheault. Le fait que la pièce soit en vers fait en sorte que ça coule bien dans l’oreille des spectateurs. On prend vite le rythme. C’est comme sur une mélodie. Sur le plan sonore, ça nous aide à être portés par le texte qui est également simple à comprendre. Par contre, pour les acteurs, ça ne laisse pas de place à l’erreur dans la prononciation.»

Les spectateurs se retrouveront plongés dans cette mythique descente aux enfers d’une incomprise. Vouée au malheur par son hérédité, Phèdre aime sans espoir son beau-fils Hippolyte. Lorsque son mari, Thésée, revient, il envoie injustement son fils à la mort. On assiste alors à l’empoisonnement d’une femme à la fois innocente et coupable.

«C’est un beau texte. J’encourage les gens à venir essayer l’expérience du théâtre classique. Du côté de la mise en scène, on essaie aussi d’amener un peu de modernité, que ce soit au niveau des costumes ou de l’ambiance», précise-t-elle.

De nouveaux visages parmi les vétérans

Plusieurs vétérans du Théâtre des gens de la place, tels que Martin Francoeur, Jean-François Pinard, Cindy Rousseau et François Laneuville, partageront la scène dans l’une ou l’autre des productions.

Sur les 23 personnages interprétés cette saison, on verra cependant sept nouveaux visages, dont certains pour qui il s’agira d’une première expérience au théâtre.

«On a reçu une trentaine de personnes en audition et on en a retenu sept. C’est intéressant parce que ça nous permet de nous renouveler et c’est important pour assurer la pérennité du TGP. C’est aussi dans notre mission. Les nouveaux amènent une nouvelle énergie qui nous transporte ailleurs. Ça nous rappelle aussi à tous nos premières expériences au théâtre», raconte la présidente du TGP.

Le Théâtre des gens de la place a confié la présidence d’honneur de la saison 2019-2020  à Nancy Sabourin, directrice développement du contenu et de la production de Radio-Canada Mauricie-Centre-du-Québec, qui a d’ailleurs déjà foulé les planches du TGP à une certaine époque.

Par ailleurs, le TGP remettra les fonds recueillis par la distribution de ses programmes de soirée en échange de la contribution volontaire des spectateurs à l’organisme Moisson Mauricie/Centre-du-Québec. L’organisme vient en aide à des personnes économiquement et socialement défavorisées de la région, en plus de soutenir des personnes en intégration sociale en les aidant à développer leur savoir-être et leur savoir-faire.

La saison 2019-2020 en un coup d’œil

  • Le Chemin des Passes-Dangereuses  (salle Anaïs-Allard-Rousseau) : 19-20-21-26-27-28 septembre à 20h, 22 septembre à 14h
  • Mois d’août, Osage County (salle Anaïs-Allard-Rousseau): 5-6-7-12-13-14 décembre à 20h, 8 décembre à 14h
  • Phèdre (salle Louis-Philippe-Poisson) : 13-14-15-20-21-22 février à 20h, 16 février à 14h

Les billets sont en vente à la billetterie de la salle Thompson, par téléphone au 819 380-9797 et sur le site cultur3r.com.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de