Des alternatives écologiques fabriquées à Trois-Rivières

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Des alternatives écologiques fabriquées à Trois-Rivières
Daniel Milot de la Fondation de l'UQTR, Sébastien Charles de l'UQTR, le ministre François-Philippe Champagne, le maire Jean Lamarche et Louis Gendron du Cégep. (Photo : Audrey Leblanc)

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et le Cégep de Trois-Rivières reçoivent une aide financière de 1,5 M$ du gouvernement canadien. Cette somme servira à acquérir des équipements à la fine pointe de la technologie pour mener à bien des projets dans le domaine des produits biosourcés. 

Concrètement, le travail des institutions d’enseignement consiste à développer des alternatives écologiques à des produits polluants tels que les pailles en plastique et les emballages alimentaires.

«Imaginez remplacer tous les produits d’emballage à partir de plastique ou de styromousse. Eh bien les nouveaux équipements vont nous permettre de développer des produits plus écologiques, plus facilement compostables et recyclables», indique Jean-Philippe Jacques d’Innofibre, le Centre d’innovation des produits cellulosiques du Cégep de Trois-Rivières.

Ce dernier indique que plusieurs emballages alimentaires qui se retrouvent dans nos garde-manger sont composés de fluor, une composante qui sera bientôt bannie. «On va travailler à trouver une alternative, explique M. Jacques. On travaille aussi à remplacer les sacs en plastique par des sacs en fibres cellulosées plus facilement récupérables. Avec les nouveaux équipements, on pourrait même faire des produits pour remplacer le verre.»

«Il y a quatre axes au projet, donc différents produits développés, renchérit Hugues Doucet de l’UQTR. Il y a notamment des applications dans le domaine alimentaire pour de nouveaux papiers qui agissent comme barrière contre la graisse et l’eau. Il y a même des équipements qui vont nous permettre de donner des capacités anti-flammes à certains produits comme des matériaux de construction. On a même des projets pour les secteurs de l’automobile et l’aéronautique.»

Précisément, l’UQTR  et le Cégep obtiennent chacun une somme non remboursable du gouvernement fédéral de 750 000 $ pour mener à bien ce projet commun évalué à 2,3 M$. Les institutions d’enseignement et la Fondation de l’UQTR apportent aussi leur contribution financière.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de