Démission à la STTR: Le Comité citoyen prend position

Communiqué de Presse
Démission à la STTR: Le Comité citoyen prend position
Guy de Montigny, directeur général de la STTR (Photo : Marie-Eve Alarie)

Le Comité citoyen du transport de Trois-Rivières a réagi face au départ de monsieur Guy De Montigny, directeur général de la STTR.  En effet, les membres ont exprimé à maintes reprises, autant lors des rencontres publiques de la STTR que lors du Conseil municipal de la Ville de Trois-Rivières, leur mécontentement quant aux changements effectués par la STTR. 

Le Comité citoyen du transport Trois-Rivières a pris position via un communiqué officiel intitulé «Soulagement et espoir pour les usagers du transport en commun», expliquant que les décisions prises par l’organisation, tout comme le discours de son directeur général, ne reflétaient en rien la réalité vécue sur le terrain. Rappelons que le Comité avait effectué une consultation citoyenne suite aux changements apportés, sur 911 réponses plus de 800 étaient insatisfaits et depuis malgré certains ajustements la grogne persiste.

«Nous sommes en droit de nous questionner. Le départ de Mr. De Montigny nous garantira-t-il un retour de la qualité des services de façon acceptable envers les usagers délaissés depuis le début de la modernisation des circuits.  Y a-t-il y a un plan de redressement pour redonner plus de services aux usagers? Nous l’espérons, nous l’attendons. Le conseil d’administration doit écouter et consulter les usagers, tout en assurant leur sécurité. Aussi, les services doivent impérativement refléter le portrait des personnes utilisant leur service, en autre les personnes aînées et les personnes vulnérables qui délaissent le transport en commun.  La réalité se vit sur le terrain et non dans les bureaux administratifs», peut-on y lire.

«Doit-on se rappeler que le directeur général de la STTR est sous la responsabilité de son CA.  Comment interpréter  leur responsabilité face à l’échec de l’implantation du nouveau réseau, que dans une certaine mesure ils ont admis?  Une réflexion s’impose car au final, quel que soit les différents et motifs, les besoins des usagers doit être au cœur de leurs préoccupations.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de