Zoom sur l’évolution du cirque au Québec au Musée POP

Marie-Eve B. Alarie

Zoom sur l’évolution du cirque au Québec au Musée POP
Elisabeth Côté, chargée de projet de l'exposition "Place au cirque!" à Pointe-à-Callière, cité d'archéologie et d'histoire, et Valérie Therrien, directrice générale du Musée POP. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Le Musée POP accueille l’exposition Place au cirque! jusqu’au 5 septembre.

Réalisée par Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, l’exposition transporte les visiteurs dans l’évolution du cirque au Québec, à travers ses hommes forts, amuseurs publics et premières familles d’acrobates, jusqu’aux compagnies contemporaines qui rayonnent au-delà de nos frontières.

« Les Québécois aiment le cirque depuis plus de 200 ans, souligne Élisabeth Côté, chargée de projet de Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. On voit qu’une tradition s’est créée autour des foires agricoles et des amuseurs publics. Il y avait des troupes de cirque un peu partout au Québec et l’exposition montre notamment le côté très artisanal du cirque du Québec à l’époque par divers objets. »

On y retrouve des témoignages vidéo d’artisans du cirque au Québec et de descendants de grandes familles de cirque ayant marqué la province.

Le tout est appuyé par plus de 150 objets, tels que des costumes, des décors, des projections, des œuvres d’art, des objets cultes comme les haltères utilisés par Louis Cyr et des équipements d’entraînement.

« On présente aussi les artisans du cirque. Il y a beaucoup de talent au Québec dans le monde du cirque, entre autres parmi les créateurs. C’est cette association de talents multiples qui fait le succès du cirque québécois. Le cirque, c’est l’art de la tradition en créant du jamais-vu », ajoute Mme Côté.

Un petit parcours destiné aux enfants y a également été aménagé. Ceux-ci pourront tester leur équilibre, leur coordination et leur habileté d’orientation spatiale, des qualités essentielles aux artistes de cirque. Par ailleurs, les familles pourront s’amuser à monter dans une mini-voiture de clown et à participer à un jeu interactif pour découvrir quel artiste de cirque sommeille en eux.

L’exposition Place au cirque! s’intéresse aussi à la genèse des sept troupes québécoises que sont Les 7 Doigts, Flip Fabrique, Machine de Cirque, le Cirque Alfonse, le Cirque Éloize, Cavalia et le Cirque du Soleil.

« C’est un beau lien avec le spectacle du Cirque du Soleil qui revient à l’Amphithéâtre Cogeco cet été. C’est tout à propos de recevoir cette exposition pour l’été. Elle est en lien direct avec la mission de culture populaire du musée. C’est aussi une exposition très interactive et destinée à la famille, notre clientèle prioritaire », indique Valérie Therrien, directrice générale du Musée POP.

Le Musée POP est la première institution muséale à recevoir cette exposition en itinérance, n’ayant été présentée qu’à Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal durant l’hiver.

« On avait l’intention de faire une exposition de notre cru sur le cirque, mais davantage axée sur le Cirque du Soleil puisqu’il est à l’Amphithéâtre. On fait toujours aller notre réseau pour s’assurer de ne pas être deux musées à travailler sur un projet semblable. On a alors su que l’équipe de Pointe-à-Callière était déjà avancée dans son projet d’exposition sur le cirque. Rapidement, on a levé la main pour l’accueillir en itinérance », raconte Mme Therrien.

Un été plein de promesses

La saison estivale s’annonce prometteuse pour le Musée POP. « L’été dernier, on sentait déjà qu’il y avait un regain, mais les touristes internationaux n’étaient pas revenus. Il y avait encore la contrainte du port du masque et des bulles familiales. Les bulles familiales n’étaient pas trop contraignantes dans le musée, mais beaucoup dans la Vieille prison. On devait diminuer de moitié notre capacité. Là, ces mesures sont levées et on peut revenir à capacité maximale et on sent qu’il y a un regain. Les gens sont là, les gens ont envie de sortir. On a déjà reçu des touristes internationaux », explique Valérie Therrien.

Déjà, les fins de semaine sont très occupées au musée. Les chiffres sont comparables à des journées d’achalandage estivales.

« On fait des chiffres extraordinaires en ce moment. On est très positif devant l’été qui s’en vient. J’ai l’impression qu’on sera en mesure de dépasser d’environ 5% de la fréquentation de 2019 », avance-t-elle.

C’est du moins ce que laisse présager la hausse de 4% de la fréquentation scolaire comparativement à 2019, ainsi que le nombre de visiteurs accueillis en avril et en mai. 

Dans les prochaines semaines, le Musée POP lèvera le voile sur deux nouvelles expositions. La première mettra en vedette près de 25 000 macarons provenant de la collection du musée, ainsi qu’un projet de l’Académie les Estacades. Le Musée POP soulignera aussi les 200 ans de la Vieille prison de Trois-Rivières.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires