Un manque de techniciens entraîne l’annulation de cinq spectacles

Marie-Eve B. Alarie

Un manque de techniciens entraîne l’annulation de cinq spectacles
Salle J.-Antonio-Thompson (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

La pénurie de main-d’œuvre et les contrecoups de la pandémie se font ressentir plus que jamais dans le milieu du spectacle. Faute de techniciens et pour éviter de surcharger l’équipe déjà en place, Culture Trois-Rivières s’est vu dans l’obligation d’annuler cinq spectacles qui devaient être présentés.

Plus tôt cette semaine, Radio-Canada Mauricie dévoilait que les spectacles de Marie-Mai, P-A Méthot (deux représentations), Billy Tellier, de même que l’une des deux représentations de la pièce La Face cachée de la Lune, avaient dû être annulés en raison du manque de personnel.

C’est surtout du côté des techniciens que le manque de main-d’œuvre se fait sentir. De nombreux techniciens ont quitté le milieu durant la pandémie puisqu’ils se retrouvaient sans travail pour une durée indéterminée.

« On a une équipe à l’interne, mais on travaille beaucoup avec des contractuels externes. La problématique est surtout de ce côté, car on a plus de difficultés à aller les chercher. Au même titre que nos collègues de Shawinigan et des autres salles de spectacles, on travaille beaucoup avec nos équipes internes qui doivent pallier la situation, mais on ne peut pas trop les surcharge non plus et leur faire faire le travail de plusieurs personnes indéfiniment », explique Nancy Kukovica, directrice générale de Culture Trois-Rivières.

La situation ne se vit pas que dans les salles de spectacles, mais aussi du côté des équipes de tournée qui triment dur pour trouver des techniciens.

« Ça ne se vit pas qu’à Trois-Rivières. On se fait déjà du prêt de personnel autour, mais tout le monde est en mode relance. Ça vient donc limiter ce qu’on peut faire », ajoute-t-elle.

Culture Trois-Rivières a même contribué à créer une coopérative d’employés de services techniques, mais cette coopérative peine également à trouver toute la main-d’œuvre nécessaire.

« C’est tout un jeu de dominos. C’est tout l’écosystème du spectacle qui est fragilisé. On voit toutefois déjà des solutions possibles pour l’automne et on a commencé à analyser tout ça. On a agi maintenant pour ne pas fragiliser l’été ni l’automne prochain. Je veux me faire rassurante: on a tout le personnel nécessaire pour présenter les spectacles qui sont à la programmation cet été », affirme Mme Kukovica.

Pour l’instant, Culture Trois-Rivières n’entrevoit pas d’impact majeur pour l’automne 2022.

À moyen terme, la directrice générale voudrait évaluer la possibilité de participer à une formation en alternance travail-études. Il faut cependant obtenir les accréditations nécessaires au préalable. À l’heure actuelle, il existe peu de formations au Québec pour former de futurs éclairagistes, sonorisateurs et techniciens de scène.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires