Un album pour faire lever le party!

MUSIQUE. L’auteur-compositeur-interprète et violoneux Alain-François se promet de mettre de l’ambiance dans les partys des Fêtes avec sa «Trousse du temps des Fêtes – tome 3».

Pour ce troisième –et dernier– opus du temps des Fêtes, Alain-François s’est entouré de Mara Tremblay, Annie Brocoli, France D’Amour, Kim Richardson et…Éric Salvail! Ce dernier joue au mononcle qui fausse en chantant. Un moment d’anthologie à écouter dans Mon oncle Salvail.

«Vu que c’était le troisième et dernier CD de ma trilogie du temps des Fêtes, j’ai mis le paquet: on collabore avec plus d’artistes, on a deux vidéos sur Internet et plus de liens vers la trousse du temps des Fêtes en ligne. Cette trousse rend mon CD unique. (…) Il y avait une demande pour un troisième album. Les tomes 1 et 2 se sont écoulés à 30 000 exemplaires. Je prévois sortir un coffret avec des bonus l’an prochain», explique-t-il.

Le site web www.latroussedutempsdesfetes.com regroupe du matériel inédit, dont le livret de l’album, les paroles des chansons, des photos et des vidéos. Chaque album dispose d’un code unique pour accéder au contenu de la trousse. On y retrouve aussi des recettes de tourtières, des cocktails à préparer, des jeux à organiser, etc.

Dans La trousse du temps des Fêtes – tome 3, Alain-François reprend quelques grands succès de Noël et du jour de l’an tels que Le père Noël c’t’un Québécois, Promenade en traîneau, Le Rapide blanc et C’est comme ça que ça s’passe dans l’temps des Fêtes.

Il offre aussi plusieurs chansons originales.

La chanson Les lutins rappellera sans doute à plusieurs parents les «joies» d’avoir un lutin à la maison: Ce matin dans la maison/Encore un méchant coup/C’est à l’envers au salon/Y’a des casseroles un peu partout/Ma femme porte la moustache/Sur notre photo de mariés/Mon chat porte le panache/Au-dessus du foyer/Mon lutin fout le bordel/Quand tout l’monde est couché/J’ai promis au père Noël/Que j’allais le garder jusqu’à Noël…mais pas plus!

Sonné, sonné, sonné se veut un clin d’œil à ces soirées d’enfance où l’artiste s’aventurait dans les pentes glacées pour glisser en crazy carpet.

«Je me suis vraiment inspiré des histoires autour de moi, de souvenirs, mais c’était important pour moi de garder une touche d’humour. Je voulais que cet humour transcende autant les ballades que les chansons plus rythmées», raconte-t-il.

Accompagné de chœurs, de rires et d’applaudissements, il recrée, avec sa vraie famille et son violon, les grands rassemblements d’antan dans sa portion du jour de l’an.

«Je vous le dis, avec cet album dans le lecteur CD, les cravates vont se détacher toutes seules pendant les partys de famille!» conclut Alain-François.