L’orgue de tous les possibles

MUSIQUE. La musique d’orgue pourra enfin sortir des églises et chapelle où elle était confinée puisque Culture Trois-Rivières, en partenariat avec Pro-Organo Mauricie, vient de faire l’acquisition d’un orgue virtuel.

Il s’agit plus précisément d’un logiciel qui reproduit tous les sons d’un véritable orgue à tuyaux avec toutes ses nuances et ses subtilités. Le son produit par chacun des tuyaux de l’orgue a été enregistré et numérisé.

La réverbération a été conservée dans les sons, de sorte que même si on se trouve dans une petite salle de spectacle, on a l’impression d’être dans la cathédrale où le son a été enregistré.

L’avantage de l’orgue virtuel est qu’on pourra littéralement sortir l’orgue de l’église. Son petit format et sa console font en sorte qu’on pourrait le retrouver à l’extérieur, dans une salle de spectacle, dans une église, dans une salle de classe ou dans tout autre lieu.

«On peut l’apporter partout. Avant, pour entendre la musique d’orgue, il fallait se rendre dans les églises, mais aujourd’hui, les églises sont délaissées. On n’aura plus besoin de faire de prouesses techniques pour entendre de l’orgue lors d’un spectacle dans une salle. Ça permettra à la population de découvrir cet instrument à l’extérieur d’une église. L’orgue virtuel sera aussi disponible à la location», précise Stella Montreuil, présidente de Culture Trois-Rivières.

Moins dispendieux et moins d’entretien

En plus de l’ordinateur requis à son fonctionnement, l’orgue virtuel nécessite aussi un pédalier et des claviers, à l’instar d’un véritable orgue.

Quatre orgues ont été achetés: un orgue de théâtre Paramount, l’orgue de l’église de Velosovo en Slovénie, celui de l’Église St-Maximin à Aix-en-Provence (orgue baroque de facture française), ainsi qu’un orgue imposant, soit l’orgue Cavaillé-Coll de St-Etienne-de-Caen.

«C’est sûr que c’est différent de la sensation de jouer sur un véritable orgue. Par contre, c’est parfois compliqué d’aller à l’église pour jouer sur un orgue: c’est peu chauffé en hiver ou encore l’orgue n’est pas accessible en raison d’une messe. Cet orgue virtuel nous permet aussi de voyager partout. C’est ça qui est extraordinaire», affirme l’organiste Claude Beaudoin, qui a eu l’occasion de tester l’orgue virtuel.

«La console est bien faite. Les touches de clavier aussi. Ce qui est particulièrement exceptionnel, c’est la qualité du son. La réverbération est plus naturelle. Avant, c’était ajouté électroniquement et ça sonnait comme de la tôle. On est chanceux d’avoir ça. Par ailleurs, en positionnant les haut-parleurs à différents endroits dans une salle, on peut donner l’impression que l’orgue résonne derrière les spectateurs ou sur les côtés, par exemple. Tout est possible avec cet orgue virtuel», poursuit-il.

«On retrouve peu d’orgues virtuels au Québec. C’est en bonne partie des gens qui en détiennent un pour eux, plutôt qu’une organisation culturelle. Il va falloir entretenir le logiciel et, éventuellement, changer l’ordinateur qui le supporte, mais c’est bien moins dispendieux que d’entretenir un véritable orgue à tuyaux», ajoute Nancy Kukovica, directrice générale de Culture Trois-Rivières.

L’acquisition de l’orgue virtuel a nécessité un investissement de 20 000$. Éventuellement, de nouveaux orgues numérisés pourront être achetés pour le bonifier.

Essentiel à la survie de Pro-Organo

Le président de Pro-Organo Mauricie, Jean-Éric Guindon, est évidement bien heureux de cette acquisition par Culture Trois-Rivières, surtout qu’il en allait de la survie de l’organisation.

«Ça devient de plus en plus difficile de rendre l’orgue traditionnel accessible. On a besoin que les jeunes voient l’orgue dans un autre milieu. C’était rendu difficile d’organiser des spectacles avec des orgues à tuyaux. L’accord et l’entretien de tels orgues coûtent cher. Ceux de la Basilique, du Séminaire et de la Cathédrale sont en bon état, mais les fonds manquent pour l’entretien à long terme», indique-t-il.

M. Guindon espère également que le fait de pouvoir sortir l’orgue des églises puisse maintenant démontrer que cet instrument ne sert pas qu’à la liturgie.

On pourra voir l’orgue virtuel rivaliser contre un véritable orgue à tuyaux à l’occasion  du match d’improvisation de Pro-Organo qui opposera deux équipes de trois organismes. Le rendez-vous est donné à la chapelle du Séminaire St-Joseph le 23 février à 19h.

J.-A.-Thompson

L’orgue virtuel a été nommé Orgue virtuel J.-A.-Thompson en hommage à cet organiste qui a joué un rôle majeur dans l’univers musical trifluvien.