La collection de l’UQTR en lumière pour les 20 ans de la Galerie R3

La Galerie R3, située sur le campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), célèbre ses 20 ans cette année. Pour l’occasion, la galerie d’art invite les gens à découvrir l’exposition Conversations altérées qui propose une incursion dans la collection de l’UQTR.

Divisée en trois volets, l’exposition est conçue de manière à mettre en dialogue des oeuvres qui peuvent être reliées à la réalité actuelle de la pandémie. Elle crée des ponts entre des visions du monde, notre actualité pour en comprendre les similitudes et les différentes.

Les deux commissaires, Karine Bouchard et Lorraine Beaulieu, souhaitent que les oeuvres ouvrent des discussions sur les représentations multiples de la présence corporelle en situation de réclusion et d’isolement.

«On souhaite mettre de l’avant la collection de l’UQTR qui a débuté en 1975. Nous avons sélectionné 39 œuvres de la collection. Le titre Conversations altérées fait notamment référence au fait que les conversations ne sont plus les mêmes, on communique plus virtuellement. Cette distance, on a voulu la mettre en espace à travers cette exposition», explique Lorraine Beaulieu, directrice de la Galerie R3 et co-commissaire de l’exposition.

«C’est une occasion de réfléchir à la réalité et à la manière d’habiter des lieux, ajoute Karine Bouchard, co-commissaire de l’exposition. On fait aussi entrer en résonance des œuvres du début de la collection et des œuvres d’art actuelles. Ça nous permet de faire un montage d’images qui offrent toutes les possibilités pour créer des analogies par rapprochements inattendus et des anachronismes.»

«On a tenté de rendre l’exposition participative. Nous avons ainsi demandé à des personnes de nous envoyer une phrase sur la présence du corps dans l’espace en temps de pandémie. On mettra ces phrases dans l’exposition sous la forme d’un Powerpoint diffusé au sol. On voulait que la communauté de l’UQTR et de la Mauricie fasse partie de l’exposition et dialogue avec les œuvres et les artistes de l’exposition», poursuit-elle.

La collection de l’UQTR compte près de 400 œuvres d’artistes professionnels et de la relève, ainsi que de créations de professeurs et d’étudiants en arts de l’Université. Cette collection témoigne des différentes époques et personnes qui ont fait partir de la communauté des arts à l’UQTR.

«Les gens sont de plus en plus conscients de l’importance de l’art. Nous souhaitons, en tant que galerie d’art, amener des réflexions constructives et défendre la place de la recherche en création dans les milieux universitaires. L’art, c’est plus qu’une simple oeuvre. C’est une démarche ancrée dans ce que vivent en temps réel nos sociétés», souligne Mme Beaulieu.

L’exposition Conversations altérées est ouverte gratuitement au public jusqu’au 31 mars prochain et les visites sont permises du mercredi au vendredi, de 13 h à 17 h.

108 expositions plus tard

Fondée en 2000, la Galerie R3 a présenté plus de 108 expositions et presque autant de conférences, de colloques et d’événements reliés à l’art.

«La galerie dépasse la simple fonction d’outil pédagogique. Elle est un laboratoire pour la recherche et la création par lequel les étudiants, les professeurs et le grand public peuvent observer de près la démarche d’artistes professionnels par le biais d’expositions, de colloques et de lancements», indique la directrice de la Galerie R3.

Ce sont les œuvres de Denis Pellerin qui ont inauguré la galerie d’art qui était initialement située dans le pavillon Nérée-Beauchemin. La galerie d’art a déménagé dans ses installations actuelles attenantes au pavillon Benjamin-Sulte.