Construction: Comment contrer la pénurie de main-d’œuvre?

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Construction: Comment contrer la pénurie de main-d’œuvre?
Guillaume Houle, responsable des affaires publiques et porte-parole.

L’Association de la construction du Québec (ACQ) était de passage à l’Hôtel Delta de Trois-Rivières pour le dévoilement des besoins de main-d’œuvre dans l’industrie de la construction pour la région Mauricie-Bois-Francs (Centre-du-Québec). Au Québec, pas moins de 20 000 travailleurs seront recherchés d’ici 10 ans.

Selon l’étude réalisée en collaboration avec Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), il manquera en moyenne près de 250 travailleurs par année au cours des 10 prochaines années dans la région de la Mauricie/Bois-Francs. C’est Jean-Philippe Cliche, économiste à l’ACQ, qui avait la tâche de présenter les résultats.

«On a regardé les heures travaillées des dix dernières années. C’est une étude qui définit les besoins de main-d’œuvre pour le secteur de la construction, et ce, par métier, par région, autant pour les métiers professionnels que les techniques et les programmes universitaires», a confié Guillaume Houle, responsable des affaires publiques et porte-parole.

«On se doit de valoriser ces emplois-là. Un plombier, ça gagne très bien sa vie et ce n’est pas vrai que ce sont des emplois où les horaires sont anormaux. Si on regarde du côté de Qualitech, il y a une seule cohorte en charpenterie-menuiserie alors que c’était trois à quatre cohortes habituellement. Il y a tellement d’emplois avec de bons salaires et de bons avantages sociaux.»

Rappelons toutefois que les enjeux de main-d’œuvre dans la région ne sont pas aussi prononcés que dans les régions des grands centres urbains. Toutefois, on s’aperçoit que quelques métiers comme briqueteur-maçon, calorifugeur, grutier, opérateur d’équipement lourd ou soudeur sont en situation de pénurie de main-d’œuvre en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Accompagnée par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec (CRHA) et par le service aux entrepreneurs ACCLR, l’ACQ a également présenté quelques pistes de solutions à court, moyen et long terme aux entrepreneurs en construction, afin d’amenuiser les effets de la pénurie qui touche actuellement l’industrie de la construction.

La tournée régionale 2019 de l’ACQ sur le thème de la pénurie de main-d’œuvre est amorcés depuis quelques semaines et sillonnera plusieurs autres endroits du Québec dans les prochains jours.

Pour obtenir davantage d’informations, visitez-le https://www.acq.org/communiques/penurie-de-main-doeuvre-dans-lindustrie-de-la-construction-lacq-estime-quil-manquera-pres-de-20-000-travailleurs-pour-repondre-a-la-demande/

Tableau 1 – Analyse des écarts entre la demande et l’offre de main-d’œuvre – Région de Mauricie-Bois-Francs (Centre-du-Québec)

Métier

2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028
Briqueteur-maçon 23 7 6 7 10 13 17 21
Calorifugeur

8

5 3 3 6 6 7 8 9 10
Ferrailleur 4 1 1 1 6 7 9 10 12 14
Grutier 11 6 2 1 5 5 5 5 6 6
Monteur-assembleur 3 7 11 15 19 23
Opérateur de pelle 5 26 47 67 87
Opérateur d’équipement lourd 58 59 70 86 124 144 164 183 201 219
Poseur de systèmes intérieurs 5 1 2 3 4 5 7 8
Manoeuvre 28 1 5 9 15
Soudeur 15 14 14 15 19 21 23 25 26 28
Autres occupations 31 23 19 17 24 25 25 26 27 28

Source : RCGT et ACQ

Des années records à prévoir pour les 10 prochaines années

Malgré la menace d’un ralentissement de l’économie mondiale, l’étude de RCGT démontre que les heures travaillées dans la région Mauricie-Bois-Francs (Centre-du-Québec) demeureront au-dessus des seuils historiques de 2012 (8,4 millions d’heures travaillées) et de 2018 (8,8 millions d’heures travaillées), et ce, pour les 10 prochaines années. Ces niveaux records d’heures travaillées continueront de mettre une pression énorme sur les entreprises de construction.

Tableau 2 – Prévision de la demande de main-d’œuvre en heures – Région Mauricie-Bois-Francs (Centre-du-Québec)

Année Génie civil et voirie Industriel Institutionnel-commercial Résidentiel Total
2019 2 320 977 1 301 959 4 213 709 1 925 893 9 762 537
2020 2 180 945 1 347 596 4 061 418 1 763 446 9 353 403
2021 2 194 634 1 328 939 4 150 769 1 456 759 9 131 101
2022 2 191 669 1 296 563 4 217 181 1 341 752 9 047 164
2023 2 226 216 1 295 088 4 335 262 1 533 431 9 389 998
2024 2 244 280 1 280 034 4 430 638 1 461 315 9 416 267
2025 2 263 866 1 266 235 4 528 112 1 394 798 9 453 011
2026 2 285 009 1 253 719 4 627 730 1 331 308 9 497 767
2027 2 307 744 1 242 514 4 729 540 1 270 709 9 550 507
2028 2 332 105 1 232 647 4 833 590 1 212 867 9 611 210

Source : RCGT et ACQ

Dans le tableau 2, nous observons un léger ralentissement dans le secteur résidentiel et industriel, mais dans le secteur institutionnel-commercial, que représente l’ACQ, le nombre d’heures travaillées demeurera au-dessus des seuils historiques de la région, et ce, notamment grâce aux investissements gouvernementaux.

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de