Un deuxième sanctuaire à Trois-Rivières

Les Franciscains ont effectué ont effectué plusieurs démarches pour que la chapelle Saint-Antoine soit reconnue en tant que Sanctuaire du Bon Père Frédéric. Cela ira vraisemblablement de l’avant au cours de l’automne.

La chapelle Saint-Antoine accueille de nombreux pèlerins, particulièrement depuis que le Père Frédéric a été déclaré Bienheureux en 1988 par le pape Jean-Paul II et que son tombeau y est accessible pour le public. 

La chapelle a été inaugurée en 1907. Le Père Frédéric y a prié, présidé des eucharisties et accueilli de nombreux fidèles. À sa mort, son corps a été déposé sous une dalle de pierre à l’avant de l’allée centrale. Depuis sa béatification, il repose dans son tombeau, pour lequel un ajout latéral a été aménagé près de la rue Laviolette.

Le 5 août à 10h30, fête liturgique du Bon Père Frédéric, la messe présidée par le père Pierre Charland, ministre provincial des Franciscains du Canada, sera l’occasion d’annoncer officiellement le changement de la chapelle en sanctuaire au cours de l’automne.

Ainsi, Trois-Rivières aura maintenant 2 sanctuaires, soit le sanctuaire national de Notre-Dame-du-Cap et le sanctuaire de droit diocésain dédié au bon Père Frédéric.

Par ailleurs, la chapelle a été améliorée de manière importante quant à son acoustique et à l’éclairage, ce qui rend maintenant possible la captation d’événements présentés dans ce lieu. La messe quotidienne télévisée, offerte à partir du Diocèse de Trois-Rivières depuis plus de 20 ans, se déroule depuis le mois de février dans la chapelle.

Vers la canonisation?

À la demande des Franciscains, Mgr Martin Laliberté a mis en place une commission diocésaine qui a procédé à l’analyse d’une présumée guérison par l’intercession du Père Frédéric qui se serait déroulée à Trois-Rivières en 1997. Les travaux ont commencé au mois d’août 2022 et se sont terminés en février 2023.

Les actes de cette Commission, sous scellés, ont été envoyés à Rome par courrier sécurisé. Désormais, les dernières étapes en vue de la canonisation du Père Frédéric dépendent entièrement des autorités romaines.

« Le dossier que nous avons présenté est, à nos yeux, très solide. Nous pouvons dire que nous avons franchi une autre étape et elle est importante. Nous avons bon espoir que le cas présenté sera bien reçu à Rome, mais, en définitive, c’est là-bas que sera rendue la décision », précise Mgr Martin Veillette, vice-postulateur de la Cause de canonisation du Père Frédéric.

La guérison étudiée doit répondre à des exigences très élevées pour être reconnue comme miraculeuse. Celle-ci doit être instantanée, complète, durable et inexplicable en regard de la science. Finalement, le contexte de foi, où le Père Frédéric a été invoqué en tant qu’intercesseur, doit aussi être très clair et sans ambiguïté. Des oncologues ont été consultés au Québec et en Italie.

Du nouveau au musée

Cet été, le musée Père Frédéric présente une nouvelle exposition temporaire intitulée Les Franciscains, guide des Compagnons de Notre-Dame. Les visiteurs y découvriront l’histoire de la plus ancienne troupe de théâtre francophone au Canada, les Compagnons de Notre-Dame, née au sous-sol de l’église Notre-Dame-des-Sept-Allégresse, sous l’égide des Franciscains.

Dans les prochaines années, le musée connaîtra aussi plusieurs autres importants développements.

Le Triduum Père-Frédéric

C’est sous le thème Marcher avec Jésus avec le Père Frédéric que se dérouleront les fêtes du Bienheureux du 4 au 6 août. De nombreuses activités sont prévues au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, au Calvaire de Saint-Élie-de-Caxton, ainsi qu’à la chapelle où le Père Frédéric est inhumé. Les célébrations auront lieu en langues française, anglaise et espagnole.

La programmation complète est disponible sur le site Web du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. (M.E.B.A.)