Un 10e Défi Têtes rasées en Mauricie

La 10e édition du Défi Têtes rasées de Leucan Mauricie/Centre-du-Québec aura lieu le 26 mai, de 10h à 15h, à la cour centrale du centre commercial les Rivières.

La présidence d’honneur a été confiée au maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, et sa femme Diane Lamontagne qui ont passé à travers l’épreuve de voir leur enfant Mathieu recevoir un diagnostic de leucémie.

«Quand ça t’arrive, que le diagnostic tombe, ça te décourage. J’étais prêt à tout donner. Je disais: «Mettez-noua tout nu dans la rue, mais il faut que notre garçon soit correct». Personne n’est à l’abri, mais ce n’est pas normal de voir un enfant de deux, trois ou six ans dans un processus de chimiothérapie», commente-t-il.

«Il faut dépasser les 135 000$!» ajoute-t-il.

Ça fait maintenant 10 ans que la maladie a disparu du système de Mathieu qui étudie aujourd’hui en médecine. Il avait perdu ses cheveux lors du processus de chimiothérapie lors qu’il était atteint de leucémie. Mais lors du prochain Défi Têtes Rasées, c’est par choix qu’il se fera raser les cheveux pour la cause.

En vidéo > La réaction d’Yves Lévesque sur ce que représente la participation de son fils au Défi Têtes rasées

Magali, la petite princesse

Magali Pellerin a sept ans et elle aime beaucoup les souliers. Avec sa chevelure blonde ondulée, elle ressemble à une petite princesse de conte de fées. Mais à ses trois ans, Magali ne se trouvait pas belle: elle n’avait plus de cheveux.

Magali est aujourd’hui en rémission d’une leucémie lymphoblastique aiguë depuis deux ans. Elle est la jeune porte-parole régionale pour le Défi Têtes rasées en Mauricie et au Centre-du-Québec.

«C’est un véritable bouleversement quand on t’annonce que ton enfant a le cancer. On était complètement désorganisé et on n’avait pas le choix de retrousser nos manches, surtout que notre plus jeune, Joëlle, n’avait qu’un an à l’époque. On a passé les six premiers mois à l’hôpital. Après, c’était des visites à l’hôpital trois fois par semaine», raconte Josée Deschamps, mère de Magali.

Il y en a eu des nuits blanches, surtout que Magali avait des effets secondaires en raison des médicaments qu’elle prenait.

«Magali est très princesse. Quand elle a perdu ses cheveux et qu’elle se regardait dans le miroir, elle ne se trouvait plus belle. Elle se disait que sans ses cheveux, elle ne pouvait plus jouer à la princesse. Elle se faisait parfois une perruque avec des morceaux de tissu», se souvient Mme Deschamps.

Leucan Mauricie/Centre-du-Québec leur a donné un coup de pouce.

«J’ai aimé la salle de jeux. Je faisais de la peinture, des dessins et je jouais à la Barbie», dit Magali.

Des têtes à raser!

C’est tout la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec qui est invitée à venir célébrer 10 ans de solidarité pour les enfants et 10 ans d’amélioration des traitements. «C’est un événement toujours rempli d’émotions. On passe par toute une gamme d’émotions. C’est beau de constater qu’il y a de plus en plus de bénévoles et de participants qui s’impliquent», souligne Jean-Luc Bellemare, directeur du Centre Les Rivières.

Les personnes intéressées peuvent encore s’inscrire en appelant chez Leucan au 819-379-1010 ou via le nouveau site Internet : www.tetesrasees.com/fr/region/mauricie-et-centre-du-quebec

Autres dates dans la région

Victoriaville: 26 mai, de 11 h à 15h, à la Grande Place des Bois-Francs

Shawinigan: 9 juin, de 11h à 15h, au IGA Extra de Shawinigan

Drummondville: 9 juin, de 11h à 15h, aux Promenades Drummondville