Québec: projet d’une banque de lait maternel

QUÉBEC – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, a confirmé mercredi le dépôt du projet de loi prévoyant confier à Héma-Québec la mise sur pied d’une banque publique de lait maternel.

Concrètement, Québec doit passer par l’étape de la modification de la Loi sur Héma-Québec et sur le Comité d’hémovigilance pour permettre à l’organisme de prélever, de stocker et de gérer des dons de lait maternel, comme c’est le cas présentement avec les dons de sang.

Héma-Québec utiliserait ainsi son expertise en matière de prélèvement, de préparation et de distribution de produits d’origine humaine pour mettre sur pied et gérer la banque publique de lait maternel pour le Québec.

Le ministre Hébert s’est réjoui du fait que ce projet reçoit l’appui important des intervenants dont les néonatalogistes, les pédiatres et les associations du domaine de la périnatalité au Québec.

«Ce consensus global est notamment attribuable au fait que le lait humain est universellement reconnu comme le seul mode d’alimentation qui comble tous les besoins nutritionnels et immunitaires des bébés de moins six mois», a dit le ministre en point de presse hier (mercredi) à Québec.

Le gouvernement compte investir 900 000 $ dans le projet.

Selon le ministre, cette banque de lait humain serait essentiellement destinée aux bébés prématurés hospitalisés qui ne reçoivent pas assez ou pas du tout de lait de leur propre mère.

Le projet prévoit le recrutement d’environ 260 donneuses, ainsi que le traitement d’une quantité suffisante de lait maternel pour subvenir aux besoins de prématurés de 32 semaines et moins ne pouvant être allaités par leur mère.

L »utilisation du lait maternel permet notamment de réduire les risques d’avoir des infections et d’améliorer le développement osseux des nouveau-nés.

TC MÉDIA