« On ne pouvait pas choisir mieux pour l’avenir de notre monastère »

Marie-Eve B. Alarie

« On ne pouvait pas choisir mieux pour l’avenir de notre monastère »
Soeur Cécile Dionne, supérieure générale de l'Union canadienne des Moniales de l'Ordre de Sainte-Ursule, officialisant le don du Monastère des Ursulines à la Ville de Trois-Rivières, entourée de soeurs Ursulines, du maire Jean Lamarche et de France Cinq-Mars, directrice générale de la Ville de Trois-Rivières. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

C’est maintenant signé: le Monastère des Ursulines de Trois-Rivières est maintenant la propriété de la Ville de Trois-Rivières. Ce don consenti par la corporation de l’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule a été officialisé durant une cérémonie qui a rassemblé plusieurs sœurs Ursulines de la ville.

« Le 10 octobre 1697, c’était un beau jour pour l’arrivée des Ursulines à Trois-Rivières, nous disent les annales. Les Ursulines notamment ont consacré plus de 300 ans à l’éducation à Trois-Rivières. Elles ont partagé leur flamme et leur savoir. Le 25 mai 2022, c’est un autre beau matin. L’allégresse était grande en 1697 au sein de la population. Aujourd’hui, c’est pour nous, les Ursulines, qu’elle est grande. On ne pouvait pas choisir mieux pour l’avenir de notre monastère », témoigne sœur Yvette Isabelle.

Cette acquisition est également la première action découlant de la Politique du patrimoine adoptée en 2021. Il s’agissait d’ailleurs de l’une des orientations phares qui y étaient dégagées, le Monastère des Ursulines ayant été identifiée par la population comme le bien patrimonial le plus représentatif de Trois-Rivières lors de la consultation menée pour l’élaboration de la politique.

« C’est un point tournant dans l’histoire de Trois-Rivières, affirme le maire Jean Lamarche. Ce lieu est imprégné par trois siècles d’engagement des Ursulines dans la communauté. Vous avez contribué à l’éducation de nombreuses générations. On s’assure de garder un pan de notre histoire bien vivant et de le conserver pour les générations futures. »

La Ville de Trois-Rivières entend préserver le lieu, à le mettre en valeur et à l’animer dans le respect des valeurs de la corporation religieuse des Ursulines. Les coûts d’entretien de l’infrastructure sont évalués à 400 000$ annuellement.

« Ça ne fait normalement pas partie d’une mission Ville d’acquérir des bâtiments du genre, mais à un moment, on a aussi une responsabilité, ajoute le maire. Le Monastère des Ursulines est la pierre angulaire du vieux Trois-Rivières. Il fallait faire une place pour ça dans nos finances. Je pense que c’est un bon coup qu’on a fait pour nos citoyens, même si on s’écarte un peu de la mission de la Ville comme on la connaît. »

« On a convenu de respecter certaines thématiques, telles que l’éducation, la santé et la culture. On veut le faire dans le respect. Il n’y a pas de projets précis pour l’instant, mais on sait que plusieurs partenaires sont fortement intéressés par l’occupation du lieu. On ne veut pas dénaturer le lieu non plus. Maintenant qu’on a l’acte signé, on peut négocier avec des gens. Plusieurs nous ont approchés de façon informelle. La ministre de la Culture et des Communications du Québec nous a aussi envoyé un signal clair d’intérêt à ce que le gouvernement participe à la mise en valeur du lieu », précise-t-il.

Le Musée des Ursulines et les Archives poursuivront notamment leurs activités et le Collège Marie-de-l’Incarnation continuera d’occuper certains espaces, tant qu’il conservera sa mission d’enseignement.

« Pour nous, aujourd’hui, c’est un moment qui réveille des souvenirs. Ce sont des moments touchants et émouvants, mais nous sommes à l’aise avec le geste que nous posons aujourd’hui. Pour la pérennité de notre Monastère, il n’y a pas meilleur partenaire que la Ville. Nous sommes conscientes du don que l’on fait à la Ville, mais aussi du don que la Ville nous fait pour assurer la pérennité du Monastère des Ursulines », souligne sœur Cécile Dionne, supérieure générale de l’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule.

La cérémonie s’est conclue sur une prestation musicale du groupe Les Trifluviennes. Manon Brunet, Fabiola Toupin et Camille Bourgeois, toutes d’anciennes élèves du Collège Marie-de-l’Incarnation, ont rendu hommage au legs des Ursulines en sol trifluvien.

Ayant fondé la première école pour jeunes filles de Trois-Rivières et le premier hôpital de la ville en 1697, les Ursulines ont été des pionnières du développement social et éducatif de la région. En 2017, l’ensemble conventuel des Ursulines a été classé comme site patrimonial.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires