«C’est un travail de longue haleine et c’est un week-end couronné de succès» – Dominic Fugère

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
«C’est un travail de longue haleine et c’est un week-end couronné de succès» – Dominic Fugère
Photo Jonathan Cossette Hebdo Journal

Comme le veut la tradition, le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières a dressé son bilan au sujet de la 50e édition du populaire évènement trifluvien.

Et le bilan est très positif.

«On est très satisfait du résultat et de comment ça s’est passé. On dit toujours que ce n’est pas la destination qui compte, mais la façon de voyager. C’est un travail de longue haleine et c’est un week-end couronné de succès», a-t-il lancé.

«Aujourd’hui, je suis très heureux d’avoir vu des gradins pleins, mais aussi des sections bleues, des sections rouges et des sections vertes, aux couleurs des pilotes. Tout le monde avait son favori et ultimement, c’est bon pour nous, mais aussi pour Trois-Rivières, pour la région et pour tout le Québec.»

Fugère est revenu sur l’annulation de la séance d’essais et de qualifications en NASCAR Pinty’s samedi.

«C’est toujours les prévisions météo qui nous font mal. Les quatre évacuations en deux semaines sont venues nous chercher, mais ça nous a permis de prouver que notre plan d’urgence était bien écrit. Ça s’est bien passé», ajoute-t-il.

«Si on se fie au montant du moitié-moitié, on a le même chiffre que l’an dernier et c’était une année record. À première vue, c’est un succès sur toute la ligne. On voulait être une plaque tournante de sport automobile quand on s’est fixé des buts il y a cinq ans et on l’est devenu. On a un évènement fort et nous en aurons un autre avec le rallycross polaire.»

Et ce qui l’a marqué le plus pour cette 50e édition?

«C’est la fierté des gens! On l’a vu avec les Dumoulin, et d’autres pilotes, mais aussi les patchs et les commanditaires qui s’assurent que leurs clients soient identifiés à leurs couleurs. Pour nous autres, ça fait chaud au cœur», a-t-il confié.

«On est fier aussi d’avoir les oreilles de NASCAR. Ils nous écoutent et nous consultent. On n’a pas eu les qualifications qu’on voulait ce matin, mais c’est venu bien près et nous avons été écoutés. On nous a annoncé du changement pour la saison prochaine, alors si on se retrouve dans une situation similaire l’an prochain, peut-être aurons-nous notre séance qualifications?»

Le directeur général est aussi revenu sur l’aide financière de 180 000$qui a été octroyé au Grand Prix de Trois-Rivières.

«Ça nous donne les moyens de nos ambitions, de mettre le projet en marche et de transformer ce projet en réalité. On est très près de pouvoir annoncer la tenue d’un rallycross polaire. Ça nous permet de travailler concrètement et j’ai averti les bénévoles d’être prêts lors du premier week-end de février, car on va avoir besoin d’eux autres», a-t-il conclu.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de