Cégep TR: «Non à la suspension de programmes!»

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Cégep TR: «Non à la suspension de programmes!»
Photo - Jonathan Cossette

POSITION. Les professeurs et professeures du Cégep de Trois-Rivières ont renouvelé, à deux occasions en assemblée syndicale, leur attachement profond à la carte de programmes du Cégep de Trois-Rivières. Ils s’opposent catégoriquement à la suspension des admissions dans quatre programmes ou voies de sortie du secteur technique.

Rappelons que la direction a annoncé, le 8 mars dernier, son intention de soumettre ces suspensions au Conseil d’administration lors de la réunion qui aura lieu ce mercredi 28 mars. Les techniques touchées sont Mécanique du bâtiment et Mécanique industrielle, ainsi que l’option Télécommunications du programme Technologie de l’électronique et l’option Contrôle des matériaux du programme Technologie du génie métallurgique.

Le Cégep a expliqué cette décision par le faible nombre de demandes d’admission reçu en date du 1er mars pour ces programmes, soit 16 demandes.

«L’effritement de la carte des programmes, c’est du fondamental et c’est l’ossature du Cégep. Ce n’est pas accessoire! Le conseil d’administration devra prendre une décision très importante et le message qu’on porte aujourd’hui, on le porte aux administrateurs et aux administratrices. On croit qu’il doit refuser ce mauvais choix», a témoigné Jean Fournier, président du Syndicat des professeurs et professeures.

«Le climat est un peu lourd depuis le 8 mars. Les équipes de professeurs ont été assommées et se demandent qui seront les heureux élus de la prochaine loto-coupure? On a rencontré la direction une dizaine de fois et on a tout essayé. On est avec une direction qui est prise dans une valse d’improvisation. Cette décision est prise trop rapidement.»

Même son de cloche du côté de Danielle Dufresne, présidente du Syndicat du personnel de soutien.

«Des enseignants et des techniciens donnent la matière à ces programmes-là. On annonce ces suspensions vite, vite, vite, alors ces gens-là vivent un stress. Voilà le résultat de décisions précipitées et sans analyse», renchérit-elle.

Les programmes ciblés par ces suspensions ont interpellé au-delà de 150 entreprises, employeurs de ces secteurs techniques.

«Ça va à l’encontre de ce qui se passe avec les acteurs de la région. On a procédé à une rencontre avec Services Québec, anciennement Emploi Québec, pour analyser les emplois où les besoins se font sentir et ce sont dans ces programmes-là! Les fermer serait le contraire de que nous avons fait et mis en place ces dernières années», commente pour sa part Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur-du-Québec – CSN.

«On appuie les centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) dans ces domaines-là. Les mêmes domaines à qui on est en train de dire que nous allons leur fournir moins d’étudiants et moins de chercheurs», ajoute M. Fournier.

Monsieur Fournier a également interpellé la Ministre responsable de l’Enseignement supérieur et Ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David.

«Il faut qu’elle se sente interpellée. Redonner 242$ en impôt à chaque individu est un mauvais choix. Pourquoi ne pas l’investir en éducation et en nos cégeps pour bâtir de faire un Québec fort. On croit qu’elle peut nous aider à changer les choses», conclut-il.

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires