«Ce serait spécial si les Tigres me choisissaient» – Evan Courtois

Zakary Mercier - Icimedias
«Ce serait spécial si les Tigres me choisissaient» – Evan Courtois
Evan Courtois. Photo gracieuseté

Un autre espoir de la région est plutôt bien positionné en vue du prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Evan Courtois est répertorié sur la liste finale du Centre de soutien au recrutement comme un choix potentiel de quatrième tour.

À 6 pieds et 170 livres, il se décrit comme étant un franc-tireur. Le natif de Saint-Christophe-d’Arthabaska aime bien comparer son style de jeu à celui de Mikko Rantanen de l’Avalanche du Colorado. Ses 19 filets en 22 matchs en 2019-20 au niveau Bantam AAA appuient son auto-évaluation.

Cette année, il n’a pas eu l’occasion d’enfiler l’aiguille souvent puisqu’il n’y a pas eu de saison régulière dans Ligue de hockey midget AAA du Québec. Les Estacades de Trois-Rivières ont été limitées à seulement sept parties préparatoires. Courtois a récolté au passage un but et une mention d’aide. Selon lui, un des points positifs de cette année remplie d’incertitude c’est qu’il a eu la chance de passer beaucoup plus de temps dans la salle d’entraînement.

«Puisque nous n’avions pas de matchs les fins de semaine, nous pouvions aller nous entraîner. Notre forme physique s’est donc beaucoup améliorée», a-t-il laissé entendre.

Étant un fier compétiteur, le principal intéressé aurait aimé obtenir un meilleur classement. «Je suis un peu déçu, mais c’est quelque chose que je ne contrôle pas. Je vais vraiment arriver au camp d’entraînement et tout donner», a-t-il affirmé.

Une dizaine de formations de la LHJMQ ont démontré de l’intérêt envers le jeune attaquant de 16 ans. Il n’a aucune préférence concernant l’équipe qui le réclamera. «Moi, n’importe où, je veux juste aller jouer, peu importe la formation qui me sélectionnera.» Malgré tout, il ajoute que «ce serait spécial si les Tigres me choisissaient. Ce sont eux que je regarde depuis que je suis tout petit».

Il a déjà signifié clairement que c’est dans le circuit Courteau qu’il veut évoluer. L’option des États-Unis n’a jamais été envisagée. «C’est sûr et certain que je veux évoluer dans la LHJMQ. Il n’y a aucun doute.»

Pour une deuxième année consécutive, le repêchage de la LHJMQ aura lieu de façon virtuelle. C’est loin d’être le scénario dont il rêvait, mais il compte tout de même vivre le moment avec ses proches les 25 et 26 juin.

«Je ne sais pas encore combien de personnes je vais pouvoir inviter, mais c’est certain qu’il va y avoir quelque chose de spécial à la maison», conclut-il.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires