Audace et créativité : la recette du succès de Spatule & Ganache

Par Audrey Leblanc
Audace et créativité : la recette du succès de Spatule & Ganache
Julie Turcotte, propriétaire de Spatule & Ganache. (Photo : (Photo - Audrey Leblanc))

Il y a six ans, au tout début de Spatule & Ganache, Julie Turcotte achetait en moyenne 12 livres de beurre par semaine pour la confection de ses desserts éclatés. Maintenant, chaque semaine, il lui en faut tout près de 500. C’est de dire à quel point l’entreprise a connu une expansion rapide en peu de temps. Ses produits sont vendus dans des restaurants et une vingtaine de points de vente à travers le Québec. Et dans les prochains mois, plusieurs autres points de vente s’ajouteront à la liste.

Originaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Julie a fait ses études en cuisine, pâtisserie et service de restauration avant de s’envoler vers la France pour parfaire ses connaissances. Elle y a vécu 11 ans avant de revenir en Mauricie. Là-bas, elle a peaufiné ses techniques, notamment en confectionnant des kilos de macarons.

De retour dans son patelin, elle a eu l’idée en 2015 de se lancer en affaires. « J’étais gestionnaire pour une chaîne de restaurants et les desserts ne me plaisaient pas, raconte-t-elle. Alors, un moment donné, j’ai décidé de faire des essais chez moi, dans ma cuisine. »

Après une série de tests concluants, elle a contacté le propriétaire de la bannière pour laquelle elle travaillait. « On s’est rencontré et en goûtant mes produits, il m’a dit qu’il en voulait dans tous ses restos dans trois semaines, se souvient Julie. C’était en octobre 2015. À ce moment-là, il avait 17 restaurants. Et moi, je n’avais rien. Pas de local, pas de gros fours ni de gros frigos. »

Rapidement, elle a élaboré un plan. Elle a pris ses économies et s’est rendue à Montréal pour s’acheter des fours. « Un ami m’a prêté un local à Shawinigan-Sud. J’ai travaillé de là pendant six ou sept mois, indique-t-elle. Pendant ce temps, on a essayé les desserts en pot et on a approché les épiceries. Elles ont embarqué avec nous et, en août 2016, on a eu l’opportunité de louer un local ayant pignon sur rue sur la 5e à Shawinigan. »

L’entreprise y est restée pendant deux ans avant de s’établir sur la rue Marion, à Trois-Rivières. « On est une petite équipe de neuf employés et ce qui fait qu’on se démarque, c’est le look éclaté de nos desserts, mais aussi le côté artisanal de nos créations », soutient la propriétaire de Spatule & Ganache.

Dans son atelier, tout est fait à la main. Il n’y a aucune machine, sauf des mélangeurs. Le caramel, les confits de fruits, les glaçages, absolument tout est fait maison. « On essaie toujours d’avoir un coup d’avance. Je n’aime pas être comme les autres, lance Julie en riant. C’est notre signature qui fait notre réputation. »

« Ce que j’aime le plus de l’entrepreneuriat, c’est la création, ajoute cette dernière. J’aime développer et faire des choses uniques. Ce qui me fait triper, c’est aussi d’avoir les deux mains dans la pâte, de travailler avec mon équipe. Je suis chanceuse d’avoir une équipe fidèle. Les filles du début sont encore là. »

3,5 tonnes de bûches de Noël

Il va sans dire que la période des fêtes en est une fort occupée chez Spatule & Ganache. L’équipe travaille sans relâche pour produire une quantité impressionnante de bûches de Noël.

« À quelques jours de la fin des commandes, on est rendu à 3,5 tonnes de bûches, indique Julie. Ça représente 20 palettes. C’est une grosse période pour nous. On travaille tous les jours. C’est un coup à donner. »

D’ailleurs, dans la région, on en retrouve à la Boucherie Nobert. Pour la vente de ses produits, l’entreprise peut aussi compter sur plusieurs restaurants et commerces locaux, dont Le Panetier et, nouvellement, une petite épicerie de La Tuque.

« Ce qui me rend le plus fière, c’est quand je vois mes produits dans le panier de quelqu’un à l’épicerie, confie Julie. Quand je vais chez Nobert et que j’entends de bons commentaires de clients et quand les gens prennent des photos de leurs enfants avec nos gâteaux, j’adore ça. C’est une partie de la paie. »

En réflexion

Face à l’expansion rapide de son entreprise, Julie Turcotte est en réflexion à savoir si elle fait le saut dans la cour des grands.  » Présentement, on se demande si on grossit l’entreprise ou si on reste comme ça. La question, c’est de savoir si on fait entrer Spatule & Ganache partout. Et ça, c’est une autre game. »

C’est que plusieurs enjeux sont à prendre en considération, dont celui de la livraison. La préoccupation première de l’entrepreneure, c’est de conserver le côté artisanal de ses créations.

Elle se donne jusqu’au printemps pour prendre une décision. Et d’ici là, elle mettra en ligne son site web transactionnel, une autre étape importante dans l’histoire de son entreprise.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires