Arrestations et perquisitions sur la rue Sainte-Ursule

Rédaction Hebdo Journal

Arrestations et perquisitions sur la rue Sainte-Ursule
(Photo : archives)

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé à deux arrestations et deux perquisitions en lien avec un dossier de violence conjugale et de trafic de stupéfiants, mercredi le 4 août.

L’opération policière fait suite à une plainte de violence conjugale pour des événements survenus entre les mois de décembre 2020 et juillet 2021. Dans ce dossier, la victime avait porté plainte contre le suspect, un homme de 48 ans, en décembre 2020.

Celui-ci avait été arrêté puis remis en liberté avec des conditions. La relation aurait repris par la suite et les événements de violence se seraient poursuivis jusqu’à la fin du mois juillet, où une nouvelle plainte fut logée par la victime.

À la suite d’une information mentionnant la possibilité que le suspect soit en possession d’armes à feu, les enquêteurs de la DPTR ont fait appel à leurs collègues de la Sûreté du Québec afin d’obtenir l’assistance du groupe tactique d’intervention, pour sécuriser les lieux.

Une information mentionnait également qu’un deuxième logement de l’immeuble était un point de vente de stupéfiants. Ainsi, à 5h30 mercredi matin, les policiers, munis de mandats, sont entrés dans deux logements d’un immeuble de la rue Ste-Ursule, dans le secteur Ste-Cécile.

Ils ont procédé à l’arrestation du suspect de violence conjugale. Celui-ci se trouvait en possession d’une grande quantité de stupéfiants destinés à la revente. Une perquisition des lieux aura notamment permis de saisir :

– 730 grammes de cannabis illicite

– 587 grammes de haschisch

– 466 métamphétamines

– 73 comprimés de MDMA

– Divers items reliés à la vente de stupéfiants

Une deuxième perquisition effectuée dans le logement ciblé par les informations aura permis de saisir plusieurs objets dont :

– 1909 métamphétamines

– Somme d’argent canadien

– Bâton télescopique (arme prohibée)

– 7 sabres

Le responsable des lieux fut arrêté par les enquêteurs et transporté au quartier général. Les deux suspects ont comparu par visioconférence en milieu d’après-midi. Mario Infortuna, 48 ans, fut accusé de voies de fait à l’endroit de la victime et possession de stupéfiants dans un but de trafic. Louis-Étienne Paradis, 52 ans, fut accusé de possession de stupéfiants dans un but de trafic ainsi que possession d’une arme prohibée. Tous deux sont demeurés détenus.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires