Aïssatou Diop n’a pas fini de surprendre

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Aïssatou Diop n’a pas fini de surprendre
Aïssatou Diop s’est vue remettre le prix d’«Athlète féminine par excellence en sport collectif – Niveau québécois» par Bertrand Larochelle, de Trois-Rivières Mitsubishi, lors du plus récent Gala Sport-hommage de la Mauricie. (Photo : courtoisie – Gala Sport-hommage - Sylvain Jaeckel)

Pas moins de cinq établissements scolaires avaient déroulé le tapis rouge pour accueillir Aïssatou Diop en ses murs. L’adapte de basketball a finalement choisi le Collège régional Champlain de Saint-Lambert (Division 1) avec sa sœur jumelle Fatima et aujourd’hui, celle qui a remporté le titre d’«Athlète féminine par excellence en sport collectif – Niveau québécois» au Gala Sport-hommage de la Mauricie ne regrette pas son choix.

La Trifluvienne est dotée d’un talent exceptionnel, mais elle est consciente qu’elle a parcouru beaucoup de chemin pour en arriver là.

«J’ai commencé à l’âge de 8 ans. Mon père est entraîneur de basketball et j’allais voir ses matchs. C’est là que j’ai commencé à aimer le sport et à la première année que j’ai joué, c’est lui qui nous entraînait», raconte l’athlète de 17 ans.

«Je suis devenue une joueuse physique. Je suis ailier fort et j’attaque beaucoup le panier. Je suis autant offensive que défensive parce que c’est très important au basketball.»

L’an dernier, elle évoluait avec l’Académie les Estacades dans le cadre de sa dernière année d’études secondaires et elle n’a pas chômé. Elle a maintenu la meilleure moyenne de points par match (22,3) de la Ligue, ce qui lui a valu le titre de «Joueuse par excellence» lors du banquet de fin de saison. Tel que mentionné plus tôt, c’est au Collège  régional Champlain qu’elle a décidé de poursuivre ses études.

«Je suis vraiment contente cette année parce que j’ai beaucoup de minutes de jeu pour une joueuse de première année. Habituellement, on joue plus de minutes à la deuxième année, mais je suis arrivée ici confiante et j’ai prouvé que j’avais déjà ce que les plus vieilles ont», témoigne-t-elle.

«Je suis contente de jouer avec ma sœur aussi. Ce n’était pas évident de partir vivre loin de la famille et on est ensemble pour s’épauler et s’encourager aux pratiques et aux matchs.»

Gala Sport-hommage

La jeune athlète a vécu de bons moments le 11 janvier dernier dans le cadre du Gala Sport-hommage de la Mauricie. Elle a remporté le titre d’«Athlète féminine par excellence en sport collectif – Niveau québécois» devant sa sœur Fatima (Basketball), ainsi qu’Anaïs Bellavance (Basketball) et Kelly-Ann Ricard (Baseball).

«J’étais vraiment contente de gagner. Ça fait toujours du bien de voir nos efforts récompensés par des prix comme ça. J’ai eu une dizaine de prix, peut-être, jusqu’à présent, et c’est toujours le fun», raconte-t-elle.

Étudiante de première année dans le programme de Social Science, la Trifluvienne sait exactement jusqu’où elle voudrait se rendre dans son sport de prédilection: «J’aimerais vraiment me rendre aux États-Unis, à l’Université, jouer dans la NCAA (National Collegiate Athletic Association) en Division 1. Il n’y a pas beaucoup de Québécoises, mais avec le potentiel que j’ai en ce moment, j’ai ce qu’il faut pour me rendre-là», conclut-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de